Chronique – L’enfant aux cailloux de Sophie Loubière

L'enfant aux cailloux de Sophie Loubière

L’enfant aux cailloux de Sophie Loubière

Thriller psychologique, Drame

Ma note :  ★★★★★ / J’ai adoré

{LECTURE AUDIO}

Sophie Loubière est, avec Fred Vargas, l’une des autrices que j’apprécie le plus. Je l’ai découverte l’an passé avec son roman Black Coffee, et j’ai eu un énorme coup de coeur pour son écriture. Dès lors, j’ai entrepris de lire ses autres romans, et je dois dire qu’elle ne m’a jamais déçue. C’est donc avec confiance que j’ai débuté ma lecture de L’enfant aux cailloux et avec émotion(s) que je l’ai terminée. Je salue également la magnifique préface signée Jean-Bernard Pouy, dont les mots ont fait si justement écho à mon propre ressenti.

« Les conditions de vie d’une famille moderne favorisaient l’isolement et le repli sur soi. L’absence de communication entre les individus garantissait l’État contre toute mobilisation, terreau des luttes sociales. La société travaillait bien à la manipulation mentale et à la marginalisation. »

Elsa Préau, soixante et onze ans, revient vivre dans sa maison de famille, après neuf années d’absence. Seule dans cette grande demeure, la vieille dame ne reçoit pas beaucoup de visites. De temps à autre, il y a bien la femme de ménage et l’infirmière, mais toutes deux sont là par obligation professionnelle et ne sont pas très ouvertes à la discussion. Ses relations avec son fils Martin, médecin très occupé, sont un peu compliquées, ce qui n’arrange pas ses affaires. Aussi, lorsqu’elle n’écrit pas des lettres à qui de droit pour manifester son opinion, Elsa s’ennuie. Particulièrement le dimanche, quand la rue est dénuée d’animation. Alors, elle passe le temps en observant par la fenêtre les enfants Desmoulins jouer dans leur jardin. Mais très vite, elle est intriguée par le comportement d’un « garçonnet sous le bouleau pleureur ».

Pour moi, toute l’intensité de cette histoire repose sur le personnage d’Elsa Préau. Le portrait qu’en dresse l’autrice est volontairement complexe. De ses faits et gestes, de son équilibre psychologique et de son vécu, dépend tout le suspense du roman. Cette vieille dame au comportement quelque peu fantasque, est attachante. Ses agissements et ses réflexions prêtent parfois à sourire, comme sa défiance envers les chats errants, sa propension à la curiosité et sa langue bien pendue. Mais c’est aussi une ancienne institutrice à l’oeil acéré, capable de décrypter avec justesse certaines attitudes. Entêtée, Mme Préau décide de mettre en place un stratagème pour confondre ses voisins, qu’elle soupçonne de maltraitance.

Si Elsa est plutôt lucide concernant certains sujets, elle semble totalement déraisonnable sur beaucoup d’autres. Dès lors, comment s’assurer du sérieux et de la cohérence de ses propos ?  L’acharnement dont elle fait preuve pour alerter le monde autour d’elle, témoigne de la conviction profonde qui l’habite. Mais est-ce la réalité, ou le délire d’une personne âgée esseulée, sous l’emprise de médicaments ? Une question délicate à laquelle se retrouve confronté son entourage. Alors que le doute s’insinue toujours plus intensément au fil du récit, l’étau se resserre sur le passé des protagonistes, faisant monter progressivement la tension. Face à l’atmosphère de plus en plus oppressante, je me suis égarée dans mes suppositions, accablée par la tristesse qui transpire de ces pages. Moi qui avais la prétention de croire que je savais, j’ai perdu toute mon assurance. Et c’est là toute la splendeur des intrigues de la romancière.

Avec L’enfant aux cailloux, Sophie Loubière traite d’un sujet dramatique, avec toute la sensibilité et la finesse psychologique qui caractérisent son écriture et ses personnages. A l’issue de ma lecture, un sentiment tout-à-fait étonnant s’est emparé de moi, dont je ne peux parler sans vous gâcher l’intrigue.

Les derniers mots de cette histoire m’ont profondément émue.

🎧Mon avis sur la version audio :★★★★★ / J’ai adoré
©2014 Univers Poche (P)2016 Audible Studios – Lu par Sophie Loubière

Si j’ai choisi la version audio pour ce roman, c’est parce que j’apprécie beaucoup la voix de Sophie Loubière. Certaines intonations sont encore ancrées dans ma mémoire, rendant plus vivante encore la galerie de personnages. Une lecture juste et délicate.

Date de lecture : 27-29 janv. 2022


Infos et Quatrième de couverture

L’enfant aux cailloux de Sophie Loubière
Edition : Fleuve – Parution : 11/04/2011 – 336 pages – ISBN : 9782265092570

« Elsa Préau est une retraitée bien ordinaire. De ces vieilles dames trop seules et qui s’ennuient tellement – surtout le dimanche – qu’elles finissent par observer ce qui se passe chez leurs voisins. Elsa, justement, connaît tout des habitudes de la famille qui vient de s’installer à côté de chez elle. Et très vite, elle est persuadée que quelque chose ne va pas.
Les deux enfants ont beau être en parfaite santé, un autre petit garçon apparaît de temps en temps – triste, maigre, visiblement maltraité. Un enfant qui semble l’appeler à l’aide. Un enfant qui lui en rappelle un autre…
Armée de son courage et de ses certitudes, Elsa n’a plus qu’une obsession : aider ce petit garçon qui n’apparaît ni dans le registre de l’école, ni dans le livret de famille des voisins.
Mais que peut-elle contre les services sociaux et la police qui lui affirment que cet enfant n’existe pas ?
Et qui est vraiment Elsa Préau ? Une dame âgée qui n’a plus toute sa tête ? Une grand-mère souffrant de solitude comme le croit son fils ? Ou une femme lucide qui saura croire à ce qu’elle voit ? »

9 thoughts on “Chronique – L’enfant aux cailloux de Sophie Loubière

  1. J’ai lu ce livre il y a un peu plus d’un an je crois j’avais bien aimé mais je crois que j’en attendais trop pour que ça soit un véritable coup de cœur. Très jolie chronique à bientôt.

  2. J’avais bien apprécié Black Coffee, mais je l’avoue c’est le seul livre de l’auteure que j’ai lu. Celui ci changera peut être la donne 😉 Tu sembles avoir été très touchée par le personnage d’Elsa. Merci pour cette découverte Caroline, passes une belle journée. ☺️

    1. Ah, j’avais tellement adoré Black Coffee ! D’ailleurs, j’ai enchaîné avec White Coffee, et j’attends la suite de cette « série » avec impatience. L’enfant aux cailloux est très émouvant, mais si tu aimes les romans noirs, Cinq cartes brûlées est vraiment super je trouve.

  3. Le personnage d’Elsa Préau semble très touchant que ce soit sans sa solitude forcée ou sa personnalité bien trempée. J’aime aussi beaucoup quand un(e) auteur(e) laisse planer le doute quant au caractère complètement lucide et raisonnable de son protagoniste. Quant à la thématique sous-jacente de la maltraitance, elle me semble importante.
    Merci pour cette découverte que j’espère trouver en livre audio à la médiathèque.

    1. Je ne suis pas certaine que tu le trouveras à la médiathèque celui-ci, car c’est un Audible Studios. Je pense qu’il n’existe qu’en dématérialisé. En tout cas, j’espère que tu auras l’occasion de le lire quand même, car il est émouvant et captivant.

Répondre à Lily Annuler la réponse.