De cendres et de larmes de Sophie Loubière

De cendres et de larmes de Sophie Loubière

Thriller psychologique

Ma note :

« Quelque chose était en train de basculer ici et partout ailleurs.»

Me voici à nouveau transportée par un roman de Sophie Loubière, dans lequel j’ai retrouvé cette plume délicate, cet art de la présentation et ces personnages subtils qui caractérisent chacun de ses livres.

Nous suivons une famille recomposée, dont Christian, le père, vient d’être nommé conservateur du cimetière de Bercy. Eux qui vivent à cinq dans un petit appartement, vont pouvoir emménager dans un logement de fonction, une vieille bâtisse de presque 180 m² située à l’intérieur du cimetière. Mais la vie en ce lieu ne sera pas aussi paisible qu’ils auraient pu l’imaginer.

« À sa maîtresse, le jour de la rentrée, Anna avait résumé le métier de ses parents : maman veillait sur les vivants, et papa veillait sur les morts. »

Durant les premiers chapitres, on ressent l’engouement positif, notamment envers la mère, caporale-cheffe sapeur-pompier. Un métier prestigieux, qui lui vaut l’admiration sans borne de son entourage.
Christian, lui, n’est pas un carriériste, et aspire à une vie tranquille, centrée sur sa famille. Le poste de conservateur est pour lui une évolution, sans pour autant empiéter sur sa vie personnelle.

L’apparence ordinaire de cette famille rend perméable à tout ce qui peut les atteindre. Aussi, Sophie Loubière analyse la façon dont parfois tout peut déraper, imperceptiblement.

Peu à peu, la communication entre les membres de la famille va devenir difficile, chacun étant absorbé par ses propres soucis.
Madeline enchaîne les astreintes, et ses horaires décalées deviennent rapidement source de frustration pour ses enfants et son mari.
Christian, cherche à se libérer du poids du passé par le biais de l’art, et se montre de plus en plus irritable et instable.
Les enfants réagissent aux contraintes de cette nouvelle vie du mieux qu’ils le peuvent. A travers eux, le récit prend parfois des accents fantastiques, trouvant leur source dans une imagination aussi fertile qu’intarissable.

L’atmosphère anxiogène engendrée par la maison, et le comportement fiévreux du père, ne sont pas sans rappeler le déclin psychologique de Jack Torrance au sein de l’Overlook Hotel.
La tension, grandissante au fil de l’histoire, atteint son paroxysme vers la toute fin du récit. L’air m’a manqué et j’ai retenu ma respiration, angoissée par ces lignes que je savais décisives.

De cendres et de larmes est un roman qui oscille entre les genres. Thriller psychologique ou roman fantastique, la quatrième de couverture crée la confusion, offrant ainsi un suspense au tournant inattendu.

🎧Disponible en audio chez Lizzie et lu par Sophie Loubière

Mon avis sur Cinq cartes brûlées.

Mon avis sur Black Coffee et White Coffee.

Infos
Editeur : Fleuve
Parution : 03/06/2021
352 pages
ISBN : 9782265155251
Quatrième de couverture
« Le nouveau roman de Sophie Loubière après Cinq Cartes brûlées, Prix Landerneau Polar 2020
Madeline, Christian et leurs enfants rêvent depuis longtemps d’un appartement plus grand où chacun aurait son espace. Un rêve rendu impossible par la réalité du marché parisien. Quand l’occasion se présente pour Christian d’obtenir le poste de conservateur au cimetière de Bercy, avec un pavillon de fonction de 180 m2, la famille Mara n’hésite pas et s’y installe au début de l’été 2019. Peu à peu, les enfants se font au panorama. Tandis que Madeline, caporale cheffe sapeur-pompier, sauve les vivants, Christian veille les morts. L’âpreté de son métier réveille bientôt en lui le besoin d’extérioriser ses émotions par la peinture. Au cœur de ce fragile équilibre où les métiers de l’un et de l’autre pèsent lourd, la maison révèle ses fêlures. Lentement. Insidieusement.
Quelque chose menace cette famille recluse au milieu des tombes.
Une menace dont personne ne mesure encore l’ampleur. »

2 thoughts on “De cendres et de larmes de Sophie Loubière

  1. Outre la beauté de son écriture, ce qui différencie cette auteure et rend ses romans inclassables c’est cette atmosphère d’inquiétante étrangeté toujours présente.
    Merci pour ce bel article

    1. Je vous rejoins complètement. A chaque fois que je souhaite faire un retour de lecture, j’ai des difficultés à y apposer un genre. Ses romans, c’est vraiment une ambiance, un ensemble, et c’est cela que j’apprécie chez elle.

Laisser un commentaire