Chronique – Le loup des ardents de Noémie Adénis

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Publication publiée :2023-09-26
  • Post category:Chroniques
  • Commentaires de la publication :7 commentaires
  • Temps de lecture :6 min de lecture
You are currently viewing Chronique – Le loup des ardents de Noémie Adénis

Le loup des ardents de Noémie Adénis

Thriller historique

Date de lecture : 28-30 juin 2023

J’ai adoré ma lecture, et surtout mes moments de lectures, au camping, sous la tente, alors que le vent soufflait dehors et qu’un froid glacial enveloppait les protagonistes de cette histoire. Toutes les conditions étaient réunies pour que cette découverte soit une réussite, aussi ce roman me laisse un souvenir mémorable !

“Cet hiver-là, en l’an 1561, le pain ne pesait pas lourd et les estomacs tiraillaient.
Sur les terres gorgées d’eau d’Ardeloup, une lande grisâtre et sableuse, les récoltes se succédaient, chacune plus mauvaise que la précédente. Héritières d’un sol appauvri, troué de cuvettes, quarante-cinq âmes composaient avec le peu que la nature avait à donner. Et comme les habitants des villages voisins, elles ne savaient plus à quel saint se vouer pour remplir leurs greniers.”

Hiver 1561. Le docteur Aymar de Noilat est en déplacement lorsqu’il croise la route d’un homme assez mal en point, qu’il va tenter de soigner. Parallèlement, dans le petit village d’Ardeloup, la communauté s’inquiète qu’un des leurs n’ait pas donné signe de vie depuis quelques jours, et décide d’envoyer des hommes à sa recherche. Lorsque ces derniers tombent sur le médecin, c’est pour eux une aubaine, car le village aurait bien besoin de son savoir et de ses aptitudes. Surpris par la rudesse de l’hiver qui envahit ces contrées, Aymar de Noilat accepte de loger temporairement chez le laboureur. Mais, alors qu’il n’est sur place que depuis quelques jours, il doit faire face au terrible mal qui s’empare peu à peu des habitants, un feu ardent les consumant de l’intérieur, dans d’atroces souffrances.

Ce qui m’a marquée dans ce roman, c’est avant tout son atmosphère saisissante, qui rend palpable chaque scène de cette histoire ! L’air gelé qui s’infiltre dans les poumons, le froid glacial qui transperce les os, le brouillard intense qui désoriente et la famine qui noue l’estomac. La neige est lourde, épaisse, envahissante. Elle accapare toute énergie et rend tout déplacement particulièrement éprouvant. Un hiver redouté, qui bascule le village dans un enfermement subi, rendant tout ravitaillement impossible, jusqu’à la saison prochaine.

Nous sommes au XVIe siècle, une époque où les superstitions et croyances populaires sont monnaie courante, notamment dans les campagnes. Aussi, quand les malades, dans le délire de la fièvre, jurent avoir aperçu un démon, la peur se propage comme une traînée de poudre. D’autant que le médecin ne trouve rien de mieux que d’installer un hôpital de fortune dans l’ancienne maison d’une sorcière, pour y confectionner ses remèdes et placer les malades en quarantaine. Et si tout ceci était le prix à payer pour leurs actions passées ?

J’ai aimé la manière dont l’autrice amène son intrigue et les questions qu’elle soulève. J’ai aimé observer cette plongée inéluctable dans la folie collective, renforcée par cette atmosphère oppressante de huis clos, où les superstitions poussent aux plus effroyables agissements. La tension monte au fur et à mesure que la haine s’amplifie et que la paranoïa envahit les esprits. On constate, avec horreur, que les mêmes schémas peuvent se répéter inlassablement, d’autant plus quand les hommes, et pas les plus sensés, prennent les rênes de la communauté et décident de rendre la justice par eux-mêmes.

Pour conclure, Le loup des ardents est presque un coup de cœur. J’ai passé un excellent moment de lecture, dans une ambiance parfaitement réussie. Un thriller historique que j’ai littéralement dévoré et que je recommande chaudement.

Extraits

“À en croire les villageois, le mal venait de la forêt. Silvain, puis Eudes… Tous deux y avaient passé beaucoup de temps. Par mesure de précaution, on commença à éviter Jehan et Léon, ceux qui étaient allés chercher du bois. À chaque instant – du moins, le pensait-on –, leur première crise de démence pouvait se déclarer. Quant aux autres, ils n’étaient pas mieux lotis. Le moindre signe de faiblesse, et toute la communauté vous tournait le dos. Plus personne n’osait se plaindre par crainte d’être relégué au ban de la société. L’humidité mettait les articulations des plus âgés à rude épreuve, pourtant il valait mieux éviter d’en parler. Même les douleurs qui revenaient d’année en année, fréquentes durant la mauvaise saison, étaient considérées comme suspectes.”

“Combien de victimes innocentes devait-on aux procès pour sorcellerie ? Combien de femmes périssaient chaque année sur le bûcher ? Dans les campagnes, en ville… Pas une région n’était épargnée par la frénésie de dénonciations qui secouait le pays. Celles qui vivaient seules étaient des cibles de choix. Une fois les soupçons installés, il était difficile pour elles de se tirer d’affaire. Et quand venait l’heure du procès, celle du bûcher n’était pas loin. La preuve de leur culpabilité, les juges la trouvaient quoi qu’il advienne. Les sorcières présumées étaient rasées pour que l’on puisse voir apparaître la marque du Diable. Une tache de pigmentation suffisait. Quant aux corps immaculés, ils n’étaient pas à l’abri pour autant.”


Infos et Quatrième de couverture

Le loup des Ardents de Noémie Adenis
Édition : Robert Laffont – Parution : 16/09/2021 – 312 pages – ISBN: 9782221251614 – Genre : Thriller historique.
📕Disponible en poche chez Pocket, 2022
🎧Disponible en audio chez Lizzie, 2022

1561, Sologne. L’hiver s’abat sur Ardeloup. Nuit et jour la neige tombe, transformant implacablement le village en prison. Puis un mal mystérieux se répand parmi les habitants. Certains ont des hallucinations terrifiantes, d’autres hurlent qu’ils brûlent alors qu’ils sont glacés.
Cette maladie qui imprime sa marque noire sur le corps des mourants est-elle l’œuvre d’un démon ou celle d’un assassin ?
Bientôt, la superstition embrase les esprits. Il faut un coupable avant qu’il ne reste plus personne pour enterrer les morts…

Cet article a 7 commentaires

  1. La couverture est saisissante je trouve ! Et apparemment l’atmosphère l’est tout autant, surtout que étais en bonnes conditions pour t’immerger pleinement dans cette histoire. 😉 Mais avec une quatième de couverture aussi sombre et énigmatique, je comprend clairement pourquoi tu as craqué, ca donne envie. Merci pour la découverte. 🙂

    1. Caroline

      Oh oui, j’y pense d’ailleurs assez souvent à ce livre ! Je pense que je le relirai un jour.

  2. Hedwige

    Désolée pour mon message tronqué parti trop vite !C’est vrai que ce thriller est marquant et reflète magnifiquement l’esprit d’une époque presque Moyen-Ageuse.

    1. Caroline

      Je l’ai découvert par hasard, et aussitôt lu la quatrième, aussitôt acheté, aussitôt lu ! 😁

  3. J’aime de plus en plus les thrillers historiques et celui-ci semble particulièrement réussi par son ambiance, sa tension grandissante et le jeu sur les croyances/superstitions.

    1. Caroline

      Je te le conseille Audrey ! Il y a des romans que tu lis au bon moment, et ça a été le cas pour celui-ci. Ca fait presque trois mois que je l’ai lu et pourtant j’y pense régulièrement. Super ambiance !😊

      1. Les romans auxquels on pense plusieurs semaines après leur lecture sont pour moi les meilleurs 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.