Chronique – Les désossés de François d’Epenoux

Les désossés de François d'Epenoux

Les désossés de François d’Epenoux

Roman noir

Ma note :  ★★★★ / J’ai beaucoup aimé

Début décembre, j’ai emprunté Blizzard à la médiathèque, que j’ai adoré. Quand je l’ai ramené, ma bibliothécaire m’a proposé celui-ci. On y retrouve la neige, la tempête, le huis-clos, et une histoire centrée sur quelques protagonistes. Le registre est cependant différent. Avec Les désossés, on est plutôt dans du bon roman noir, voire du thriller.

Dans leur chalet des Alpes, les membres d’une famille aisée attendent leur amie pour l’apéritif. Seulement, la tempête de neige qui sévit au dehors en décide autrement. A l’intérieur, six protagonistes prennent leur mal en patience, espérant une amélioration rapide de la situation. Liz et Marc, les propriétaires du chalet, Juliette leur fille, et son futur époux, Éric, ainsi que les « domestiques », Rose et Slavko. Isolé et sans moyens de communication, tout ce petit monde va tenter de s’adapter, avec plus ou moins de succès, à cette conjoncture exceptionnelle.

« Pratique, pragmatique, déterminée, on dirait qu’elle a pressenti l’inéluctable, deviné l’irréparable. La voilà prête à passer l’éponge, à pardonner une nouvelle fois à la vie, parce qu’il n’y a plus d’illusions à se faire à son sujet. »

Dans ce récit, François d’Epenoux n’épargne personne, brossant des portraits satiriques d’une bourgeoisie sur le déclin. Un huis-clos étouffant, dans lequel le lecteur assiste à la lente agonie des personnages. Alors que les jours défilent et que la situation se dégrade, les comportements se délitent et les « Moi » profonds se révèlent. Fille gâtée, gendre méprisable, femme superficielle, presque aucun d’eux n’a trouvé grâce à mes yeux. Dès lors que l’argent n’a plus la moindre valeur, tous sont logés à la même enseigne, simples êtres vivants aux besoins vitaux. Le temps s’écoule inexorablement, et on passe alors du surconfort au confort, puis du confort au manque. Un manque qui fait monter la tension, un manque qui prend aux tripes, au même titre que ce froid glacial qui s’insinue dans le corps et l’esprit, disséminant la folie autour de lui. Désormais, rien ne compte plus que survivre.

Les désossés est un roman noir. Un roman noir et oppressant qui brille par son ambiance et son écriture. Un sujet qui ne laisse pas indifférent et qui m’a véritablement captivée. A lire !

Cold Winter Challenge – Hiver sombre – Un chalet sous la neige

Date de lecture : 26-28 déc. 2021


Infos et Quatrième de couverture

Les désossés de François d’Epenoux
Edition : Anne Carrière – Parution : 09/10/2020 – 192 pages – ISBN : 9782843379710

« Dans un luxueux chalet à l’écart d’une station de ski chic, une riche famille est bloquée par des chutes de neiges anormales, dues au dérèglement climatique.

L’insouciance fait long feu. Aux premiers rationnements – d’eau, de nourriture, d’électricité – succède la faim, la vraie. Sans compter la promiscuité, les problèmes d’hygiène, le froid.

Ce qu’il reste de civilisation est touché à l’os. Le vernis craque, les masques tombent, révélant la véritable nature de chacun. L’instinct de survie fait place à la sauvagerie.

Quand le huis clos prendra fin, le feu aura retrouvé sa vocation originelle, et les fourrures d’apparat leur simple rôle de peaux de bêtes.

Comme à l’aube de l’humanité. Une humanité à réinventer. »

2 thoughts on “Chronique – Les désossés de François d’Epenoux

  1. La neige & le huit-clos, tu m’as conquise dés les deux premières lignes de ton récit ^^ J’adore les ambiances montagnardes, voire de blizzard (je ne sais pas trop si un adjectif existe pour parler de blizzard XD), et j’avais beaucoup apprécié Coeur de loup. C’était un de mes coups de coeur d’enfant, mais le livre me plaît toujours, même six ans plus tard ; je te le conseille très largement, même si c’est plus une aventure et que l’univers risque de se distinguer de celui que tu décris ici 😉

    1. Merci pour ton commentaire ! 😊 Je note ta recommandation « Coeur de loup » car j’aime beaucoup ce genre de romans. Je viens d’ailleurs d’en découvrir un autre ce matin, grâce à une chronique, « Encabanée ». Bref, encore deux nouveaux romans dans ma liste d’envies !

Répondre à Caroline Annuler la réponse.