Chronique – Le veilleur du lac de Nicolas Leclerc

Le veilleur du lac de Nicolas Leclerc

Policier, Thriller

Date de lecture : 22-24 oct. 2023

J’ai découvert Nicolas Leclerc avec Le manteau de neige, un roman fantastique que j’avais adoré, notamment grâce à son ambiance effrayante et mystérieuse. D’ailleurs, ce thriller avait presque été un coup de cœur. Avec Le veilleur du lac, le registre est un peu différent, mais j’ai là encore passé un excellent moment de lecture.

Sans nouvelles de son fils Benoît avec qui elle devait déjeuner, Mme Parrisot Mère demande à Aline, la femme de son autre fils, de se rendre à leur domicile. Sur place, cette dernière découvre la grande maison au bord du lac étrangement vide et silencieuse. Seule la porte de la cave est ouverte et elle comprend rapidement que quelque chose cloche. La disparition énigmatique de la famille Parrisot met la population de Malmaison-le-lac sur le qui-vive. Une disparition qui semble cacher un drame bien plus terrible encore, si l’on se fie aux traces de sang découvertes grâce au « Bluestar » de la police scientifique. Des traces de sang partout, excepté dans la chambre de la fille aînée, Fanny, mais pas de corps. Où sont passés les membres de cette famille ?

« Le bleu se révèle sous les gouttes. Partout. Une mare de bleu, au pied de l’escalier qui monte aux chambres. Des traînées, sur toute la longueur du couloir, jusque devant le bureau. Les murs… Du bleu à en donner le vertige. »

Le chapitre d’ouverture est captivant et immersif. Dès les premières pages, mon cœur s’est emballé, j’ai vu la scène défiler sous mes yeux, haletante, inquiète à l’idée du drame qui prenait forme. L’auteur a su déclencher immédiatement mon empathie envers ces personnages que je ne connaissais pas, ce qui relève du défi. Qu’est-il arrivé à la famille Parrisot ce soir-là ? Voilà une question qui laisse présager une lecture éprouvante et un mystère tragique.

À la direction de l’enquête, la commandante Norah Belloumi, une femme au passé professionnel assez impressionnant. Pour le capitaine de gendarmerie Bruno Albertini, il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’un crime, mais résoudre cette affaire ne sera pas aisé, surtout dans ce petit village du Jura où les rumeurs vont bon train. Monsieur Parrisot, proviseur du collège de Valfontaine, est un homme respecté et respectable, dont la notoriété n’est plus à faire. En revanche, ce n’est pas le cas de son frère Damien, qui emploie des anciens taulards comme lui pour travailler dans son chenil. À en croire les habitants, si coupable il y a, c’est de ce côté-là qu’il faut chercher.

« Je me suis alors rendu compte de l’ampleur des inégalités et des injustices qui avaient lieu au sein du lycée. Et dont personne ne parle. Ni les élèves ni les profs. #MeToo n’avait pas franchi les grilles d’entrée. J’ai tellement l’impression de vivre dans un endroit en dehors de toute réalité, coupé du vrai monde. Tout le monde faisait comme si tout allait bien. Comme si filles et garçons étaient logés à la même enseigne. Comme si inégalité, harcèlement et culture du viol ne concernaient personne ici. »

La psychologie des protagonistes est fouillée et leurs émotions sont palpables. En ce sens, j’ai beaucoup apprécié le fait d’avoir accès au journal de Fanny, qui nous plonge, sans filtre, au cœur de la famille Parrisot et de sa vie quotidienne. Et comme souvent, la réalité n’est peut-être pas aussi lisse qu’on pourrait le croire. Le rythme est haletant, mais jamais au détriment de la profondeur. Car en plus d’être bien pensé et construit, ce thriller aborde des sujets aussi intéressants que le harcèlement scolaire, les combats féministes, la mort ou encore la maladie.

Au fil des chapitres, l’auteur détisse habilement sa toile, et je dois bien avouer qu’il a su me surprendre (presque) jusqu’au bout. Une histoire qui m’a prise dans ses filets et que j’ai eu bien du mal à lâcher. Avec Le veilleur du lac, Nicolas Leclerc signe un thriller habile, captivant et terriblement efficace. À découvrir !

Infos et Quatrième de couverture

Édition : Seuil (Noir) – Parution : 06/10/2023 – 400 pages – ISBN/ASIN: 9782021535020 – Genre : Policier, Thriller.

Ils pourraient être vos voisins.
Fanny a 17 ans. Elle fuit vers l’Allemagne, sans un regard en arrière. Seul l’avenir compte. L’avenir avec Maïa, sa meilleure amie, son âme-sœur.
Au cœur du Jura, dans le village paisible et idyllique de Malmaison-le-lac, les habitants sont en état de choc. La famille Parrisot a disparu. Le capitaine de gendarmerie Bruno Albertini se rend dans la bâtisse isolée désormais vide, dont les premiers indices laissent à penser qu’un massacre s’est déroulé en ces lieux et que le contenu du coffre-fort a été dérobé.
Et tout semble indiquer que Fanny Parrisot serait la clé de cette nuit sanglante.

Recommandations en rapport avec ce livre

Le manteau de neige de Nicolas Leclerc – Lire mon avis
Édition : Seuil (Noir) – Parution : 06/02/2020 – 352 pages – ISBN/ASIN: 9782021426908 – Genre : Thriller fantastique.
📕En poche chez Points, 2021

Jusqu’à quel point le passé de votre famille peut-il vous hanter ?
Katia est haptophobe : elle ne peut supporter aucun contact physique. Ses parents ont tout tenté depuis son enfance, médecins, psys, guérisseurs, rien n’y fait. Mais le malaise de Katia prend une ampleur plus inquiétante lorsque son grand-père est sauvagement assassiné par sa femme. Un détail cloche cependant : cette dernière était dans un état végétatif depuis 30 ans…

  J'ai lu/aimé cet article

Cet article a 13 commentaires

  1. J’aimerais lire plus de thrillers cette année, alors celui-ci pourrait bien arriver dans ma pile à lire un de ces jours. Surtout que j’ai envie de savoir ce qui est arrivé à la famille Parrisot maintenant ! 🙂

    1. Caroline

      Eh bien, je pense que c’est un excellent roman à découvrir si tu souhaites lire davantage de thriller. Il est vraiment chouette !

    1. Caroline

      Celui-ci est bien différent, Nath. On est vraiment dans un roman policier/thriller, sans aucune part de fantastique. Peut-être qu’il te plairait davantage.

  2. Hedwige

     Ce dernier roman de l’auteur fait beaucoup d’amateurs, ce qui m’avait attirée, mais en te lisant, au final, je me sens davantage attirée par « Le manteau de neige » que tu as encore préféré si j’ai bien compris.
    En tout cas merci pour ton magnifique article, Caroline !

    1. Caroline

      Ah oui, Le manteau de neige en plus a un côté fantastique que j’ai adoré !

  3. Je ne connaissais pas Le manteau de neige mais ton retour me plait beaucoup. Et celui-ci a l’air vraiment pas mal non plus ! Déjà cet histoire de sang visible à la lumière bleue partout sauf dans une chambre, c’est totalement étrange, mais ça m’intrigue déjà. Alors il faudrait que je me laisse tenter par cet auteur, ça pourrait être une bonne surprise. Merci pour la découverte 🙂

    1. Caroline

      Un thriller qui pourrait te plaire Ludivine, je pense.

  4. Exuline

    J’ai découvert cet auteur à travers « Toujours vivantes » que j’ai dévoré avec une histoire tragique et une écriture intense. J’ai dans ma PAL « Le manteau de neige » et « La bête encage », maintenant suite à ta très intéressante chronique je n’ai plus qu’à mettre celui-ci sur ma WL. Merci pour ton retour.

    1. Caroline

      Merci à toi pour ce commentaire. J’ai adoré le manteau de neige. Je trouve qu’il y a une atmosphère vraiment parfaite pour ce roman et j’ai beaucoup aimé ce thriller fantastique. En attendant, je te souhaite bonne future lecture du Veilleur du lac, si tu le lis.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.