Chronique – Idaho d’Emily Ruskovich

Idaho d'Emily Ruskovich

Idaho d’Emily Ruskovich

Contemporain, Natural Writing

Ma note : ★★★ / J’ai aimé

« Ce lent effacement, cette ligne blanche traversant l’obscurité de la mémoire de Wade, voilà ce qu’Ann suivra toute sa vie durant.»

Je ne m’attendais pas à ce genre d’histoire lorsque j’ai débuté le roman. Je voulais savoir. Savoir ce qui s’était passé dans la forêt. Puis, j’ai compris peu à peu que ce n’était pas le sujet. Le sujet, c’est la quête de cette femme aimante et dévouée. Ce besoin d’assimiler les souvenirs de son mari pour en devenir la gardienne, avant la perte définitive.

Idaho parle d’amour, de souffrance, de deuil. Autant de thèmes qui sont abordés selon un rythme lent, celui de la mémoire qui s’efface et qu’il faut reconstruire pour ne pas oublier.

L’écriture est travaillée, la lecture délicate. La narration est déstructurée, à l’image de ces souvenirs qui reviennent par intermittence, et qu’Ann doit replacer sur la ligne de vie de Wade.
C’est un roman qui mériterait une seconde lecture pour être compris dans son intégralité. Voir ce qui n’a pas été vu au premier abord.

Une lecture troublante, qui m’a déstabilisée, mais qui restera marquante, notamment par sa fin.

Infos
Editeur : Gallmeister
Parution : 06/06/2019
384 pages
ISBN : 9782351787144
Quatrième de couverture
« Idaho, 1995. Par une chaude et insouciante journée d’août, Wade, Jenny et leurs deux petites filles, June et May, âgées de six et neuf ans, se rendent dans une clairière de montagne pour ramasser du bois. Se produit alors un drame inimaginable, qui détruit la famille à tout jamais. Neuf ans plus tard, Wade a refait sa vie avec Ann au milieu des paysages sauvages et âpres de l’Idaho. Mais tandis que la mémoire de son mari vacille, Ann devient peu à peu obsédée par le passé de Wade. Déterminée à comprendre cette famille qu’elle n’a jamais connue, elle s’efforce de reconstituer ce qui est arrivé à la première épouse de Wade et à leurs filles. »

1 avis sur “Chronique – Idaho d’Emily Ruskovich

Laisser un commentaire