Bondrée de Andrée A. Michaud

Bondrée de Andrée A. Michaud

Thriller

Ma note :

{LECTURE AUDIO}

« Le dernier été que nous avons passé à Bondrée s’est toutefois chargé d’une nouvelle odeur, celle de la chair, à la fois sexe et sang, qui montait de la forêt humide quand le soir tombait et que le nom Tangara se répercutait sur la montagne. »

C’est tout-à-fait par hasard que j’ai découvert ce roman, grâce à des avis sur Babelio, et je dois dire que c’est une très belle découverte.

🎧En flânant sur le Web, j’ai trouvé une version audio, disponible sur Ohdio Radio Canada, et lue par Pascale Montpetit. Si au départ j’ai été un peu surprise par l’accent, la fluidité de la lecture, le timbre agréable de la narratrice et la qualité de l’histoire ont rapidement captivé mon attention.

Nous sommes dans les années 60, en pleine période estivale, près du lac de Boundary Pound, à la frontière du Maine et du Québec.
Zaza et Sissy sont deux jeunes filles inséparables, quasiment indissociables, à la beauté insolente, « des jumelles, aurait-on dit, l’une rousse et l’autre blonde ». Elles s’amusent et séduisent dans cette atmosphère insouciante d’été, very sixties, jusqu’au jour où Zaza disparaît.

En quelques lignes, l’autrice réussit à dépeindre l’ambiance, jouant avec la langue, maniant les expressions, surfant habilement entre le français et l’anglais. D’ailleurs, la version audio que j’ai écoutée rend admirablement hommage à ce subtil mélange.
J’ai été charmée par cette écriture poétique et imagée, qui sert à merveille cette histoire.

Bondrée est un roman délicieusement envoûtant, plus remarquable encore pour son ambiance que pour son intrigue policière.

Infos
Editeur : Payot & Rivages
Parution : 21/09/2016
632 pages
ISBN : 9782743637644
Quatrième de couverture
« À l’été 67, une jeune fille disparaît dans les épaisses forêts entourant Boundary Pond, un lac des confins du Québec rebaptisé Bondrée par un trappeur mort depuis longtemps. Elle est retrouvée morte. On veut croire à un accident, lorsqu’une deuxième adolescente disparaît à son tour…« Le thriller littéraire existe, Andrée Michaud en est la preuve. Créatrice d’ambiance exceptionnelle, elle joue avec la langue, les mots et les consonances dans ce huis clos chaud et humide où une foule de personnages se battent avec leurs démons. »
La Presse, Québec. Prix du Gouverneur général du Canada. »

Laisser un commentaire