Chronique – Mort compte triple de Robert Thorogood

You are currently viewing Chronique – Mort compte triple de Robert Thorogood

Mort compte triple de Robert Thorogood

Policier, Cozy Mystery

{Lecture audio} Lu par Rachel Arditi

Ma note :  ★★★★★ / J’ai adoré | Mon avis sur la version audio : ★★★★★ / J’ai adoré

Ce roman est le 1er tome de la série Les dames de Marlow enquêtent.

Il y a quelques temps, j’ai emprunté ce roman en version papier à ma médiathèque, mais je l’ai rendu sans l’avoir commencé lorsque j’ai appris qu’Audiolib sortait une version audio lue par Rachel Arditi. J’ai découvert cette narratrice dans Les petites reines de Clémentine Beauvais, et j’ai eu un coup de foudre pour sa magnifique interprétation du texte. Un coup de foudre partagé par ma fille de onze ans, qui m’a déclaré après son écoute vouloir rencontrer Rachel Arditi et lui faire signer un autographe. Concernant Les dames de Marlow, je suis tout aussi ravie de mon choix car cette écoute a été un véritable régal ! Si vous aimez les cozy mysteries et que vous souhaitez découvrir la lecture audio, je vous conseille ce roman sans hésiter !

Un soir qu’elle nage dans la Tamise, Judith Potts entend un cri suivi d’une détonation chez son voisin et ami Stéphane Dunwoody. Alors que la police conclut à un suicide, la vieille dame, elle, a l’intime conviction qu’il s’agit d’un crime. Du haut de ses soixante-dix-sept ans, elle compte bien mener l’enquête de son côté afin de découvrir l’identité du meurtrier. Pour l’aider dans sa quête, le destin va mettre sur sa route deux femmes aussi différentes qu’attachantes, Becks, l’épouse du vicaire et Suzie, la promeneuse de chiens. Nul doute qu’à elles trois, les dames de Marlow vont faire des étincelles !

Dès le départ ce roman m’a prise dans ses filets grâce à l’excentricité de son personnage principal. Enfin, excentrique il ne faut tout de même pas exagérer ! Après tout, qu’y a-t-il de si extraordinaire à nager nue dans la Tamise à soixante-dix-sept ans, à boire un verre de whisky à l’heure du thé et à créer « des grilles de mots croisés pour les quotidiens nationaux » ?! Personnellement je trouve ça plutôt chouette, même si franchement les eaux de la Tamise ne m’inspirent guère confiance. Toujours est-il que la police n’a pas l’air de considérer la vieille dame comme très fiable, et son témoignage encore moins. Après tout, qu’a-t-elle vu ? Rien. Elle a entendu quelque chose, mais elle a tout aussi bien pu se tromper. Qu’à cela ne tienne ! Dame Judith s’en va chercher elle-même la vérité et interroger toutes les personnes susceptibles de lui en apprendre davantage sur feu son voisin de Tamise. Au fil de ses pérégrinations, notre verbicruciste découvre que l‘éminent galeriste n’était pas particulièrement apprécié et que son honnêteté laissait à désirer. Dès lors, nous allons rencontrer toute une galerie de personnages ayant côtoyé de plus ou moins près la victime, et dont tous auraient un excellent mobile pour vouloir sa mort.

L’originalité de ce roman tient en partie à l’éclectisme de ses héroïnes, toutes trois très dissemblables, autant par leur âge, que par leur caractère ou leur vie personnelle. J’ai beaucoup aimé Judith, sa personnalité fantasque et sympathique. Elle qui est assez solitaire, est toujours étonnée que les gens la reconnaissent dans la rue. Apparemment elle est une petite célébrité locale, même si elle en ignore la raison. L’auteur laisse planer un certain mystère autour de son histoire, ce qui ajoute une dose de suspense supplémentaire. Becks, l’épouse du vicaire, est une femme au foyer qui frise la perfection et qui se soucie avant tout de son mari et de son Église. Aussi, il est amusant de la voir se mettre en danger au cours du récit pour venir en aide à ses deux nouvelles amies. Faussement scandalisée par les petites habitudes de Judith, Becks se révèle un peu moins « coincée » qu’elle ne paraît l’être de prime abord. Quant à Suzie, son penchant avéré pour la curiosité l’a menée tout droit vers notre détective amatrice. Cette amoureuse des chiens en connaît un rayon sur bien des personnes et pas grand-chose n’échappe à son oeil acéré. Un atout indéniable pour élucider cette mystérieuse affaire.

Quant à la police locale, elle joue un rôle tout-à-fait secondaire, bien qu’en comparaison avec d’autres romans du même genre, elle tolère plus ouvertement l’implication des dames de Marlow dans son enquête. L’inspectrice Tanika reste bien consciente des avancées non négligeables du trio et n’hésite pas à travailler avec elles pour obtenir davantage de résultats.

Mort compte triple reprend tous les codes du cozy mystery, et j’ai apprécié y retrouver l‘humour britannique, les personnages hauts en couleur et le côté « léger » de l’intrigue. Et si la suite des dames de Marlow est aussi jubilatoire que ce premier tome, il y a de fortes chances que Judith Potts finisse par détrôner ma très chère Agatha Raisin de sa première place dans mon coeur de lectrice.

Mon avis sur la version audio :

Dans Mort compte triple, Rachel Arditi nous offre une interprétation absolument formidable. Son talent de comédienne m’a totalement plongée dans l’histoire et elle a su donner vie à chaque personnalité pour mon plus grand plaisir d’auditrice. S’il y a parfois des romans qu’on lit pour leurs auteurs, il y a aussi des livres qu’on écoute pour leurs narrateurs. Et Rachel Arditi fait clairement partie de ceux qui font pencher la balance lorsque j’hésite entre la version papier et la version audio.

Date de lecture : 21 – 24 juin 2022

Et comme les mots peuvent sembler parfois bien fades, rien de mieux qu’écouter un extrait pour se faire un avis.


Mes recommandations en rapport avec ce livre

Voici une liste de séries estampillées cozy mystery et dont vous pouvez lire quelques chroniques ici.

Mes chouchous britanniques

  • Les Agatha Raisin enquête de M. C. Beaton.
  • Les enquêtes de Lady Rose de M. C. Beaton
  • Les enquêtes de Beatrice Hyde-Clare de Lynn Messina
  • Les détectives du Yorkshire de Julia Chapman

L’américaine qui met l’eau à la bouche

  • Les enquêtes d’Hannah Swensen, ce sont tous ces Meurtres et pépites de chocolat, muffins aux myrtilles, tarte au citron meringuée etc. qui vous donnent envie de pâtisser !

Infos et Quatrième de couverture

Mort compte triple de Robert Thorogood (Les dames de Marlow enquêtent, tome 1)
Edition papier : La Martinière – Parution : 06/05/2021 – 400 pages – ISBN : 9782732497822
Edition audio : Audiolib – Parution : 16/02/2022 – Durée : 9h2min – ISBN: 9791035408015 – Lu par Rachel Arditi.

« C’est drôle, c’est exquis, c’est anglais !Quand Miss Marple rencontre le Capitaine Marleau : la série phénomène dont vous ne pourrez plus vous passer.

Dans la petite ville de Marlow, en Angleterre, Judith Potts, 77 ans, mène la vie qui lui plaît. Elle boit un peu trop de whisky et se baigne toute nue dans la Tamise, et alors ? Au pays des excentriques, elle est la reine !Un soir, elle entend, provenant de la maison de son voisin, un cri suivi d’un coup de feu. Elle en est sûre : un meurtre a été commis. Mais la police ne la croit pas. Pas d’énigme sans solution pour Judith Potts ! La vieille anglaise passionnée de mots-croisés va se lancer dans l’enquête avec, à ses côtés, Becks, la femme du vicaire, et Suzie, la promeneuse de chien et commère attitrée de Marlow. Vous reprendrez bien un nuage de crime avec votre thé ? »

Cet article a 11 commentaires

    1. Caroline

      Rachel Arditi est excellente. Une belle écoute.😁

    1. Caroline

      Oui, tu te laisses porter et tu t’y croirais ! Surtout avec Rachel Arditi !

  1. Je n’ai jamais lu de cosy mystery encore. Mais j’aime bien l’idée qu’une dame de cette âge se lance dans une enquête. Ça a l’air sympathique comme lecture. 🙂

    1. Caroline

      Ce sont des romans policiers comme les autres, avec un criminel, une enquêtes et des enquêteurs. Seulement ce n’est jamais noir, et c’est ce que j’adore. Après, je ne lis pas tout. Je ne suis pas très emballée par tous ces nouveaux venus. A part peut-être « Choux à la crim », que j’ai mis dans ma wishlist.

      1. Ah, j’avais vu passé des chroniques sur Choux à la crim, je ne sais plus si c’est chez Light And Smell ou chez Maven Litterae mais j’avais bien aimé. L’ambiance salon de thé avait l’air bien attrayant. 😊

        1. Caroline

          J’ai lu la chronique de Steven, et ça m’a donné envie de tenter.

  2. Light And Smell

    Un cosy mystery qui a l’air truculent à souhait comme souvent quand l’humour anglais est de la partie ! Quant à la protagoniste principale, tu m’as donné envie de la rencontrer…

    1. Caroline

      Ah oui ! Décidément, l’humour britannique me sied davantage ! Même si j’apprécie Hannah Swensen, je trouve que les héros anglais sont vraiment plus drôles et savoureux.

Répondre à Vingt et une pages Annuler la réponse.