Chronique – Les refuges de Jérôme Loubry

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post published:2021-02-02
  • Post category:Chroniques
  • Post comments:0 commentaire
  • Temps de lecture :3 min de lecture
You are currently viewing Chronique – Les refuges de Jérôme Loubry
Les refuges de Jérôme Loubry

Les refuges de Jérôme Loubry

Thriller

Ma note : ★★★★ / J’ai beaucoup aimé

« La pendule indiquait 20 h 37. »

Normandie, novembre 1986.
Suite au décès de sa grand-mère qu’elle n’a jamais connue, Sandrine se rend sur l’île où celle-ci vivait. Là-bas, résident seulement quatre personnes âgées qui, comme sa grand-mère, n’ont jamais quitté les lieux depuis 1949. Accompagnée de Paul, un jeune homme qui vient ravitailler les habitants et faire quelques travaux, elle va découvrir une atmosphère étrange. Une impression malaisante l’oppresse, et elle comprend que cette île cache un secret qu’elle va devoir découvrir si elle souhaite revoir le continent.

Quand j’ai commencé le roman, le temps s’est écoulé sans que je ne m’en aperçoive, et je n’en ai fait qu’une bouchée. C’est un thriller psychologique intense où l’atmosphère est angoissante à souhait. La construction temporelle et les balises déposées par l’auteur rythment l’intrigue, éclairant le lecteur pour mieux perturber ses convictions par la suite.

Il est assez délicat de donner son avis sur Les refuges sans dévoiler par inadvertance des bribes de l’intrigue. Pour cette raison, si la quatrième de couverture vous tente, lancez-vous dans cette aventure. Il y a peu de chance que vous regrettiez votre choix.

Infos
Editeur : Calmann-Lévy
Parution : 04/09/2019
395 pages
ISBN : 9782702166390
Quatrième de couverture
« Installée en Normandie depuis peu, Sandrine est priée d’aller vider la maison de sa grand-mère, une originale qui vivait seule sur une île minuscule, pas très loin de la côte.
Lorsqu’elle débarque sur cette île grise et froide, Sandrine découvre une poignée d’habitants âgés organisés en quasi autarcie. Tous décrivent sa grand-mère comme une personne charmante, loin de l’image que Sandrine en a.
Pourtant, l’atmosphère est étrange ici. En quelques heures, Sandrine se rend compte que les habitants cachent un secret. Quelque chose ou quelqu’un les terrifie. Mais alors pourquoi aucun d’entre eux ne quitte-t-il jamais l’île ?
Qu’est-il arrivé aux enfants du camp de vacances précipitamment fermé en 1949 ?
Qui était vraiment sa grand-mère ?
Sandrine sera retrouvée quelques jours plus tard, errant sur une plage du continent, ses vêtements couverts d’un sang qui n’est pas le sien… »

Laisser un commentaire