Chronique - Les nuits de la peur bleue d’Éric Fouassier

Chronique – Les nuits de la peur bleue d’Éric Fouassier

Les nuits de la peur bleue d’Éric Fouassier

Policier historique

LECTURE AUDIO – Roman lu par Benjamin Jungers

Date de lecture : 12-13 juin 2023

Ce roman est le 3ème tome de la série “Le bureau des affaires occultes”.

Quand la peur bleue s’insinue dans Paris

« Le choléra morbus est plus dangereux que la peste ; il empoisonne l’air et marche avec les vents ; partout il répand la désolation et la mort ; les malades éprouvent des convulsions, des coliques, l’âme perd ses forces… Alors les parents, les amis, tout s’éloigne, car deux heures après l’invasion du mal, le mourant n’est plus déjà qu’un objet d’horreur et de contagion. »

Depuis que j’ai découvert le “bureau des affaires occultes”, je ne rate aucune enquête de l’inspecteur Valentin Verne. Dans ce troisième tome, l’auteur nous offre une intrigue sur fond d’épidémie dévastatrice, le choléra morbus, qui plonge le Paris du XIXe dans la terreur. Une peur bleue, à l’instar de ces corps cyanosés que la bactérie a contaminés sur son passage. Pourtant, le mal ne semble pas toujours frapper au hasard, c’est du moins ce qu’en déduit notre ami Valentin, lorsque certaines des victimes sont retrouvées amputées d’un organe. Voilà une intrigue qui aurait captivé mon bien-aimé commissaire Adamsberg, héros des romans de Fred Vargas, et coutumier de ce genre d’enquête depuis qu’il a dû affronter la peste noire à Paris. Mais, autre héros, autres temps, revenons-en à nos moutons.

Plus j’avance dans la série et plus j’apprécie les protagonistes. Si, dans le premier opus, Valentin Verne apparaît comme un jeune homme solitaire, accaparé par de sombres pensées, il m’est aujourd’hui un peu plus sympathique, un peu moins taiseux, mais toujours doté de cette prestance qui lui confère un charme tout particulier. J’apprécie désormais de le voir si bien entouré, par des protagonistes tout aussi attachants et intéressants, qui rendent la série moins sombre.

Pour l’accompagner dans ses enquêtes, Valentin s’est attribué les services de l’Entourloupe, « escroc repenti, expert en filouteries de toutes sortes, grand forceur de serrures devant l’Éternel, habile à se grimer et à se fondre dans le décor », et de Tafik « ancien mamelouk des armées impériales ». L’un est aussi petit que l’autre est géant et le moins que l’on puisse dire c’est que les deux compères s’entendent comme chien et chat. Une fine équipe qui me plaît au plus haut point ! Quant à Aglaé, elle joue encore une fois un rôle important, d’autant que la jeune femme fait désormais partie intégrante du bureau des affaires occultes. Elle devient la première femme à œuvrer, dans l’ombre, au sein des services de police.

Par ailleurs, l’ombre du Vicaire, personnage hautement infréquentable aux sombres secrets, plane toujours au-dessus de Valentin. Tous les mystères autour de cette affaire n’ont pas encore été révélés et promettent de longues nuits blanches, au fil des romans.

Mais, par-dessus tout, j’ai adoré la façon dont l’auteur nous immisce, avec talent, dans la France du XIXe. J’ai aimé faire la rencontre d’une grande personnalité de l’époque, George Sand, dont les manières, l’engagement politique et la répartie m’ont tout bonnement régalée ! Et cette immersion est pour moi un aspect essentiel dans le polar historique. Le roman n’aurait pas la même saveur sans cette plongée dans la pensée et le contexte politico-historique de l’époque, que l’auteur intègre parfaitement à son récit.

Avec Les nuits de la peur bleue, j’ai, encore une fois, été happée par l’intrigue, comblée par la trame narrative et le suspense qui en découle. Le bureau des affaires occultes est sans conteste l’une de mes séries policières historiques préférées. Avec ces polars, Éric Fouassier propose tout ce que j’adore dans ce genre littéraire.

Mon avis sur la version audio :

Benjamin Jungers prête sa voix à la version audio Lizzie, et il est toujours aussi convaincant. C’est un narrateur que j’ai l’habitude de retrouver dans mes différentes écoutes, et j’ai chaque fois plaisir à l’entendre lire un roman.

Et comme les mots peuvent sembler parfois bien fades, rien de mieux qu’écouter un extrait pour se faire un avis.


Infos et Quatrième de couverture

Les nuits de la peur bleue (Le Bureau des affaires occultes, tome 3) d’Éric Fouassier
Édition audio : Lizzie – Parution : 31/05/2023 – Durée : 10h – ISBN/ASIN: 9791036628122 – Lu par : Benjamin Jungers – Genre : Policier historique.

Printemps 1832. Une épidémie de choléra terrorise la population parisienne. La « peur bleue », comme on l’appelle, provoque des centaines de morts et suscite les plus folles rumeurs. Sinistre hasard : une série de meurtres atroces décime au même moment le quartier pauvre de Saint-Merri. Les victimes sont poignardées avant d’être amputées d’un organe.
Qui peut tuer ainsi, prélevant poumon, foie ou rein ? Un maniaque ?
Face au risque de panique, l’inspecteur Valentin Verne explore toutes les pistes. Secondé par Aglaé et deux récentes recrues, l’Entourloupe, escroc repenti, et Tafik, ancien mamelouk des armées napoléoniennes, il traque la vérité dans les rues de Paris et ses recoins les plus obscurs.

Série « Le bureau des affaires occultes » :


Quelques recommandations en rapport avec ce livre

Pars vite et reviens tard (Commissaire Adamsberg, tome 3) de Fred Vargas
Pour l’intrigue autour d’une épidémie, et puis parce que Adamsberg quoi !

  J'ai lu/aimé cet article

Cet article a 7 commentaires

  1. On lit beaucoup de bien de ces romans, faudrait que je me penche sur le premier tome un jour. 🙂

    1. Caroline

      Eh bien, si tu apprécies les polars historiques, je ne peux que te les conseiller Ludivine !

      1. Je n’en ai pas beaucoup lu, mais c’est un genre que j’aimerai bien découvrir un peu plus. Donc cette série me paraît une bonne solution 😉

  2. Tu vas rire mais l’auteur est un de mes profs de fac. Je l’ai su qu’à ma cinquième année de pharmacie qu’il était aussi auteur de roman policier. J’étais grave impressionnée. J’ai le premier des affaires occultes dans ma pal. Tu me donnes envie de m’y pencher plus sérieusement.

    1. Caroline

      Oh ben ça alors ! Incroyable ! Je te conseille vraiment de tenter le premier tome, d’autant qu’il y a quelques références à la médecine et à la pharmacie, notamment grâce au mentor de Valentin, professeur à l’Ecole de Pharmacie (coïncidence ou référence à l’auteur lui-même ?). Et puis, c’est aussi le siècle des avancées scientifiques dans bien des domaines. En bref, si jamais tu apprécies les polars et l’histoire, c’est une saga qui vaut vraiment le détour.

    1. Caroline

      Alors, n’hésite pas la découvrir car elle est vraiment captivante. Pour ma part, j’aime tous les tomes, mais je crois que « Les nuits de la peur bleue » me plaît encore davantage. 😊

Laisser un commentaire (Markdown)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.