Chronique – Les derniers jours de Rabbit Hayes d’Anna McPartlin

Les derniers jours de Rabbit Hayes d’Anna McPartlin

Contemporain

Date de lecture : 1-2 nov. 2023

Il y a au moins trois ans que ce livre trônait dans ma bibliothèque et que j’en repoussais la lecture. Il faut dire que le sujet, malgré la couverture attrayante, n’a rien de très gai. Alors, prenant mon courage à deux mains, je l’ai enfin sorti de ma PAL, à l’occasion du Pumpkin Autumn Challenge. Et j’en suis ravie car j’ai passé un merveilleux moment de lecture en compagnie de Rabbit et son entourage.

« C’était une radieuse journée d’avril, et Mia « Rabbit » Hayes, quarante ans, fille bien-aimée de Molly et Jack, sœur de Grace et de Davey, mère de Juliet, douze ans, meilleure amie de Marjorie Shaw et grand amour de Johnny Faye, était en route vers une maison de soins palliatifs pour y finir ses jours. »

Ce roman, c’est le récit des derniers jours de Rabbit Hayes, atteinte d’un cancer généralisé. Dès le départ, nous apprenons que la jeune mère est en rechute d’un cancer du sein et qu’elle vient d’entrer dans un centre de soins palliatifs. Tout comme son entourage, on doit accepter cette douloureuse nouvelle. Nous allons la découvrir à travers ses souvenirs mais aussi suivre l’histoire du point de vue de sa famille. Émouvant, drôle aussi, et profondément sincère, ce récit provoque toute une foule d’émotions. Il raconte aussi bien la joie que la douleur, avec des passages parfois difficiles à lire, mais non sans une pointe d’humour salvateur.

« Elle n’était pas en colère, ni même si frustrée que ça. Elle n’éprouvait ni peur ni appréhension. Elle n’était pas amère ni rancunière. Elle était simplement triste de devoir quitter les gens qu’elle aimait le plus au monde, surtout sa fille. »

Éreintée par la maladie et sous antidouleurs, Rabbit se repose beaucoup dans sa chambre, où elle s’évade à travers ses souvenirs. De son enfance, en passant par sa jeunesse ou sa vie de mère, nous découvrons les moments marquants de sa vie. Mais, si Rabbit a fini par accepter sa mort prochaine, ce n’est pas le cas de tous ses proches. Pour autant, tous sont présents à ses côtés. Parmi eux, il y a sa mère Molly, qui refuse de laisser partir sa fille. Son père Jack, anéanti par la tristesse mais qui tente de faire front. Juliet, sa fille de douze ans, au courage exemplaire. Mais aussi ses amis, ses frères et sœurs, neveux et nièces. On les observe eux aussi, chacun à leur manière, passer par les différentes étapes du deuil, jusqu’à l’acceptation.

« À l’adolescence, elle s’était acheté un bouddha en terre cuite rouge dans une boutique de charité, et quand sa mère lui avait demandé pourquoi, elle avait répondu qu’elle aimait mieux regarder un gros dieu rigolard qu’un maigrichon en train de mourir. »

Néanmoins, il y a dans ce roman un côté très « vivant », un mot qui peut sembler inapproprié pour parler d’un livre qui évoque le deuil et la maladie, mais c’est ce que j’ai ressenti. Cela tient beaucoup aux personnages et aux dialogues, mais aussi à l’esprit de cette famille unie et aimante.

J’ai trouvé ce roman vraiment magnifique, aussi bien dans l’écriture que dans le traitement du sujet. Je suis ressortie de cette lecture émue mais heureuse, et, tout comme ses proches, je garderai Rabbit dans mon cœur. Car, malgré la thématique, ce roman m’a emplie d’amour et d’espoir.

Infos et Quatrième de couverture

Éditeur : Gabelire – Parution : 17/01/2017 – 496 pages – ISBN: 9782370831156 – Genre : Contemporain.

Également disponible :
📕En poche, chez Pocket, 2017

Quand Rabbit entre en maison de repos, elle n’a plus que neuf jours à vivre. Tous ses proches sont présents à ses côtés pour la soutenir. Comment la vie va-t-elle pouvoir continuer sans celle qui leur apporte tant ? Mélancolique et drolatique à la fois, ce roman nous entraîne dans un voyage émotionnel intense. À travers une galerie de personnages touchants, ce récit déborde d’un optimisme rare.
Un véritable bijou de lecture !

  J'ai lu/aimé cet article

Cet article a 15 commentaires

    1. Caroline

      Eh bien j’espère que tu auras envie de le sortir Ge, car franchement c’est un beau livre !

  1. J’ai lu ce roman fin 2020 et j’en garde encore un souvenir fort. Lire ta chronique fait remonter toutes les émotions liées à cette lecture ♥ Je suis contente que tu aies autant aimé aussi.

    1. Caroline

      Comme je comprends, écrire la chronique m’a aussi fait remonter les émotions ! Un beau roman !

  2. Ah oui, la couverture contraste pas mal avec le sujet de départ, c’est vrai. Il a l’air très émouvant, on sent en tout cas que la rencontre avec ce personnage et sa famille t’a beaucoup touchée. Je ne sais pas si en ce moment j’aurais la force de lire un tel texte, et de vivre ce trop plein d’émotions d’un coup mais je dois avouer qu’il me tente bien, qu’il a l’air aussi beau que touchant. Merci pour la découverte !

    1. Caroline

      Avec plaisir Ludivine ! C’est un magnifique roman, mais je comprends qu’il faut être dans les bonnes conditions pour le lire.

      1. Il y a des périodes pour chaque livre, pour mieux les apprécier et en profiter pleinement. 😉 Son tour viendra, je l’ai noté car il a l’air d’une grande beauté malgré son sujet sensible. Et tu m’as fait envie avec cette belle chronique. 🙂

  3. La couverture est sublime ! Ton retour est très agréable et très beau. Ça donne envie de le découvrir.

    1. Caroline

      Merci beaucoup Julie ! J’aime aussi beaucoup la couverture, qui est aussi belle que l’histoire !

  4. J’ai adoré ce roman, tellement beau, tellement juste, tellement plein beau, tellement plein d’espoir. Il y a d’ailleurs une suite.

    1. Caroline

      Je suis tellement d’accord avec toi, Aude ! J’ai vu qu’il y a avait une suite et j’aurais bien envie de retrouver la famille de Rabbit. Il va falloir que je me le procure.

  5. Le roman a l’air terriblement touchant et tu en parles très bien mais rien qu’en te lisant, j’ai les larmes aux yeux alors je pense que je n’aurais pas la force de le lire.

    1. Caroline

      Je comprends Audrey, et pour cette raison, il m’a fallu quelques années avant de me décider à le lire. Malgré tout, ce n’est pas forcément un roman triste. Je ne sais pas comment expliquer mais il y a tout de même un peu d’humour et on n’est pas en larmes tout le long du livre. Un jour peut-être, comme moi, tu auras envie de le découvrir et ce jour-là, je suis sûre que tu ne le regretteras pas.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.