Chronique – Couleurs de l’incendie de Pierre Lemaitre

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post published:2023-02-02
  • Post category:Chroniques
  • Post comments:6 commentaires
  • Temps de lecture :6 min de lecture
You are currently viewing Chronique – Couleurs de l’incendie de Pierre Lemaitre

Couleurs de l’incendie de Pierre Lemaitre

Historique

LECTURE AUDIO – Roman lu par l’auteur

Date de lecture : 17-20 janv. 2023

Ce roman est le 2nd tome de la trilogie des enfants du désastre.

Couleurs de l’incendie se déroule dans la période de l’entre-deux guerres et place sur le devant de la scène Madeleine Péricourt, l’une des protagonistes d’Au revoir là-haut.

“Marcel Péricourt avait été un personnage central de la vie financière du pays et sa disparition, chacun le sentait confusément, signait un changement d’époque d’autant plus inquiétant que ces années trente s’ouvraient sur des perspectives plutôt sombres.”

Le récit commence par une scène d’ouverture d’une grande force, qui va donner, pour ainsi dire, le ton du roman. Le jour des obsèques de Marcel Péricourt, Paul Péricourt, petit-fils de Marcel et fils de Madeleine, se retrouve au coeur d’une tragédie. Suite à cet évènement, la vie de Madeleine et de son fils va changer du tout au tout. Désormais seule, du moins si mal épaulée que c’est tout comme, et fragile, Madeleine va peu à peu sombrer dans la déchéance. Jusqu’à ce qu’enfin, elle décide de reprendre sa vie en main, quoiqu’il lui en coûte. “Et ce que Madeleine était prête à accepter une seconde plus tôt devint alors rigoureusement impossible.”

“Elle était célibataire. Divorcée, plus exactement, mais pour l’époque, c’était pareil. Son ex-mari, Henri d’Aulnay-Pradelle, croupissait en prison après un procès retentissant. Et cette situation de femme sans homme avait été un souci pour son père qui pensait à l’avenir.” J’ai aimé la voir évoluer, se débarrasser de sa naïveté comme d’une mue et adopter les méthodes de l’adversité. Une femme plus forte, déterminée, plus présente aussi, qui va enfin se révéler à elle-même pour notre plus grand plaisir.

Parallèlement à l’intrigue, on suit Paul dans sa nouvelle vie. J’ai beaucoup apprécié les protagonistes qui gravitent autour de lui et qui amènent une touche de gaité dans cette histoire, qui est tout de même un peu sombre. La Gallinato, chanteuse lyrique mondialement connue, s’est prise d’affection pour le “petit Pinocchio”, et leurs échanges prêtent souvent à sourire. L’infirmière Vladi nous régale de son polonais incompréhensible et allège véritablement l’atmosphère. Un trio vraiment sympathique, un peu fantasque mais tellement formidable !

Toutefois, dans ce récit, on ne peut pas dire que les personnages soient tous très attachants. Il y a là un bel échantillon de la nature humaine, et les hommes n’ont pas le beau rôle ! Certains sont particulièrement détestables, vils ou profiteurs. Mais il faut bien reconnaître qu’ils apportent du sel à l’histoire.

Et pendant ce temps-là, en Allemagne, le parti national-socialiste gagne de plus en plus de terrain, déployant son ombre menaçante sur l’Europe. Pourtant, « Les journaux français ne parlaient de Berlin et de l’Allemagne qu’à l’occasion des épisodes les plus brutaux de la propagande national-socialiste. »

Comme chaque fois, l’épilogue est bienvenu et émouvant. Même si j’ai été un peu moins enthousiasmée par l’intrigue en toile de fond que par celle d’Au revoir là-haut, j’ai tout de même passé un excellent moment de lecture.

Mon avis sur la version audio Audiolib, lue par l’auteur :

Concernant la version audio, l’interprétation de Pierre Lemaitre nous plonge, dès les premiers mots, au coeur de l’histoire. J’ai été emportée par sa voix et la justesse de sa narration. Un écrivain qui brille autant par sa plume que par son talent de conteur. Un régal !

Trilogie « Les enfants du désastre » :

  1. Au revoir là-haut
  2. Couleurs de l’incendie ←
  3. Miroir de nos peines

Et comme les mots peuvent sembler parfois bien fades, rien de mieux qu’écouter un extrait pour se faire un avis.


Infos et Quatrième de couverture

Couleurs de l’incendie (Les enfants du désastre, tome 2) de Pierre Lemaitre
Édition audio : Audiolib – Parution : 17/01/2018 – Durée : 14h10min – ISBN/ASIN: 9782367625317 – Lu par l’auteur – Genre : Saga familiale, Historique.

« Février 1927. Le Tout-Paris assiste aux obsèques de Marcel Péricourt. Sa fille, Madeleine, doit prendre la tête de l’empire financier dont elle est l’héritière, mais le destin en décide autrement. Son fils, Paul, d’un geste inattendu et tragique, va placer Madeleine sur le chemin de la ruine et du déclassement. Face à l’adversité des hommes, à la cupidité de son époque, à la corruption de son milieu et à l’ambition de son entourage, Madeleine devra déployer des trésors d’intelligence, d’énergie mais aussi de machiavélisme pour survivre et reconstruire sa vie. Tâche d’autant plus difficile dans une France qui observe, impuissante, les premières couleurs de l’incendie qui va ravager l’Europe. Avec la participation de Zygmunt Miloszewski pour les mots lus en polonais. Suivi d’un entretien avec l’auteur Une fois de plus, Pierre Lemaitre nous offre une lecture captivante, révélant mieux que quiconque le rythme, l’humour et l’ampleur de son texte. »

Cet article a 6 commentaires

  1. Je n’aime pas trop les livres audios, je préfère largement avoir le livre entre les mains mais le fait que ce soit l’auteur lui-même qui lise l’histoire je trouve ça génial ! Car lui sait quel ton employer par rapport à ce qu’il avait imaginé lors de son écriture. Et pour ce qui est du roman, nous en avons déjà parlé mais c’est un roman incroyable !

    1. Caroline

      Il est vrai que Pierre Lemaitre est très bon dans sa propre lecture. On retrouve l’effervescence de son écriture, cette énergie communicative.

  2. Merci pour l’extrait!
    Je me demande si Pierre Lemaître anticipait, en écrivant ses phrases, qu’il lui reviendrait de les enregistrer pour que d’autres puissent profiter de son texte…
    Dans le film, Paul m’avait semblé âgé de plus que sept ans…?
    Je n’ai toujours pas lu la trilogie, mais à force d’en croiser les volumes sur la blogosphère, je finirai bien par m’y mettre cette année!
    (s) ta d loi du cine, « squatter » chez dasola

    1. Caroline

      Je n’ai pas vu le film, mais l’histoire commence quand Paul est enfant, puis on le voit grandir. Cela explique peut-être son âge à l’écran. Concernant ton interrogation, c’est une question qui m’intéresse également. En tout cas, on sent vraiment, à travers sa lecture, la façon dont il a conçu son texte.

  3. Tu me donnes bien envie de découvrir ce livre (pour ses personnages et sa période historique), mais je vais bien sûr commencer par Au revoir là-haut (qui m’intrigue depuis la sortie de l’adaptation il y a quelques années).

    1. Caroline

      C’est une excellente trilogie, je trouve. « Au revoir là-haut » et « Miroir de nos peines » sont mes préférés. 😊J’espère que tu vas aimer ta lecture.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.