Les Survivants de Jane Harper

Les Survivants de Jane Harper

Thriller

Tempête sur Evelyn Bay

Ma note :

« Tout au bout, les trois statues en acier, grandeur nature, montaient la garde. Les Survivants. »

A la fin de la saison estivale, le corps sans vie d’une jeune étudiante, saisonnière au Surf & Turf, est retrouvé sur la plage par sa colocataire.
Il semblerait qu’elle ne se soit pas noyée par accident, ce qui vient semer le trouble dans la vie des habitants de la petite ville d’Evelyn Bay, qui s’empressent d’accuser les touristes venus du continent.
Pourtant, quand un jeune du cru apparaît comme étant le dernier à l’avoir vue vivante, les souvenirs d’une tragédie plus ancienne refont surface.

« Il régnait sur l’artère principale d’Evelyn Bay cette atmosphère de ville fantôme que Kieran associait depuis toujours à la fin de l’été. »

L’intrigue se situant sur une île proche du continent australien, Les Survivants se présente comme un huis-clos.

L’autrice prend le temps d’installer le cadre de son histoire, de présenter les personnages qui vont la composer et les liens qui les unissent. On apprend vite que cette île porte en elle une blessure qui ne cesse de saigner. Douze ans auparavant, une terrible tempête a emporté les deux propriétaires du Nautilus Blue, et engendré la disparition d’une adolescente.

Trois pertes. Trois, comme les monumentales statues des Survivants du Mary Minerva qui se dressent au-dessus des vagues.

Depuis cet évènement, la vie de chacun a profondément changé. Culpabilité, démence, solitude, tristesse, dépression… Autant de sentiments qui ont amené certains à fuir pour oublier.

La mort de cette étudiante va conduire à la libération des secrets qui, accumulés depuis tant d’années, sont devenus bien trop lourds à porter.

J’ai été happée par l’ambiance installée par Jane Harper. J’ai entendu le bruit des vagues et le souffle du vent comme si j’y étais.
J’ai ressenti beaucoup de compassion pour certains personnages, un peu moins pour d’autres, que j’ai trouvé plus distants mais tout aussi intéressants.

Toujours est-il que le suspense est à son comble dans ce thriller véritablement passionnant et addictif. Un excellent moment de lecture !

Me voici une nouvelle fois conquise par la plume de Jane Harper, que j’avais découverte dans l’inoubliable Canicule.

Infos
Editeur : Calmann-Lévy
Parution : 05/05/2021
416 pages
ISBN : 9782702182796
Quatrième de couverture
« Kieran Elliott, trentenaire vivant à Sidney, retourne en basse saison dans sa ville natale d’Evelyn Bay, minuscule station balnéaire de Tasmanie. Ce court séjour familial fait aussitôt resurgir des souvenirs douloureux : douze ans plus tôt, à cause d’une aventure peu prudente en mer avec sa meilleure amie Olivia, deux hommes venant à leur secours ont disparu dans les flots. Depuis ce drame, de nombreux autochtones se méfient de Kieran.
À peine est-il de retour que le cadavre d’une jeune femme est retrouvé sur la plage: la colocataire d’Olivia. Tous les regards se braquent sur Kieran. Est-il un bon père de famille qui a la malchance de subir les médisances d’une petite communauté recluse ? Ou est-il vraiment un sale type ? Bientôt, la vérité éclatera au grand jour…
Dans un décor australien à couper le souffle, aussi idyllique que menaçant, Jane Harper prouve à nouveau son immense talent pour magnifiquement ficeler des intrigues et des noeuds familiaux, tout en faisant jouer à la nature sauvage un rôle primordial. »

Laisser un commentaire