Chronique – Humeur noire à Venise d’Olivier Barde-Cabuçon

Humeur noire à Venise d'Olivier Barde-Cabuçon

Humeur noire à Venise d’Olivier Barde-Cabuçon

Policier, Historique

Ma note : ★★★★ / J’ai beaucoup aimé

{LECTURE AUDIO}

Ce roman est le 4ème tome des enquêtes du Commissaire aux morts étranges.

Il y a maintenant quelques années que j’ai découvert cette série policière historique, mettant en scène Volnay, commissaire aux morts étranges de la ville de Paris, sous Louis XV. Une série que j’apprécie beaucoup, tant pour ses personnages, que pour les informations historiques qu’elle comporte.

« Sais-tu d’où vient le nom italien de Venise ? Venezia ? En latin veni etiam : “viens à nouveau”. Jusqu’à nos derniers jours, nous serons brûlés par un éternel besoin de retour. »

Dans cette nouvelle enquête, le jeune chevalier en charge des crimes inexpliqués, quitte son décor habituel pour Venise la Sérénissime, à la demande de son amie Chiara. En effet, depuis quelques temps, des hommes sont retrouvés pendus sous différents ponts de la ville, et celle-ci craint pour la vie de son cousin. Volnay y voit l’occasion de sortir son père de l’humeur noire qui s’est emparée de lui à la suite d’un chagrin d’amour. Mais dans cette ville, la comédie semble être une seconde nature, et résoudre ce mystère ne sera pas une mince affaire.

Ce qui me plaît particulièrement, c’est le personnage du moine, davantage « homme de science que de Dieu ». J’ai aimé cet homme aux répliques exquises et aux connaissances étendues, dès sa première apparition. Probablement le seul moine capable d’affirmer avec aisance « Je suis désolé, mademoiselle, je ne crois pas en Dieu. », demeurant ainsi fidèle à sa réputation d’hérétique. Il a pris dans mon esprit les traits de Sean Connery dans Le nom de la rose et depuis je lui voue une affection particulière. Quelle ne fût pas ma surprise en ce début de lecture, de le retrouver apathique, quasiment muet et plongé dans une mélancolie profonde. Un nouvel état sans doute à l’origine de l’étrange narration de cette histoire. En sa présence, le récit ressemble à une pièce de théâtre, lors de laquelle les comédiens entrent et sortent à tour de rôle, clamant parfois, au passage, du Shakespeare. Caché sous sa bure, le moine va jouer un rôle de confident, oreille attentive et réconfortante. Ainsi, à la différence des précédents tomes, nous avons un coup d’avance sur Volnay, qui mène l’enquête de son côté sans vraiment interagir avec son collaborateur.

J’aime toujours autant l’écriture d’Olivier Barde-Cabuçon, que je trouve riche et poétique. Il parvient à mêler avec justesse ses connaissances à son intrigue, et je ressors comblée par cette lecture.

Si vous aimez les romans policiers historiques, le siècle des Lumières et les enquêtes inexpliquées, n’hésitez pas à découvrir cette série, publiée chez Actes Sud.

Série Commissaire aux morts étranges :

  • T1. Casanova et la femme sans visage
  • T2. Messe noire
  • T3. Tuez qui vous voulez
  • T4 . Humeur noire à Venise ←
  • T5. Entretien avec le diable
  • T6. Le moine et le singe-roi
  • T7. Le carnaval des vampires
  • T8. Petits meurtres aux Caire

Extrait

« Le moine n’était plus. L’humeur noire avait jeté sur lui ses griffes d’acier, le voûtant et le réduisant au silence. La lassitude de vivre ou de survivre s’était emparée de tout son être. Désormais l’ombre de lui-même, il ne se nourrissait ou ne se désaltérait que si Volnay, son fils, portait des aliments à sa bouche ou un verre à ses lèvres. Il pouvait ainsi rester prostré toute une journée, les yeux dans le vague et l’ennui, sans proférer une seule parole. On aurait dit qu’il attendait la mort. »

🍁Pumpkin Autumn Challenge 2021 – Automne des mystères – Le destin perdu🍁

Date de lecture :  9-14 nov. 2021


🎧 Ce roman est également disponible en version audio chez Audible et lu par Bertrand Pazos.

Mon avis sur la version audio :★★★★ / J’ai beaucoup aimé

La narration est très bonne, fluide et Bertrand Pazos incarne agréablement les personnages. Je recommande.


Mes recommandations en rapport avec ce livre

  • Le Bureau des affaires occultes, les enquêtes de Valentin Verne, tome 1 d’Eric Fouassier

Dans le Paris du XIXe siècle, Valentin Verne, inspecteur de la Sûreté, enquête lui aussi sur des crimes étranges. Ma chronique ici.

  • Le nom de la rose d’Umberto Eco

Est-il vraiment besoin de présenter ce roman policier historique au succès planétaire ? Une recommandation en rapport, également, avec le personnage du moine.

Infos
Editeur : Actes Sud
Parution : 04/03/2015
336 pages
ISBN : 9782330049676
Quatrième de couverture
« Des pendus qui se balancent sous les ponts de Venise comme autant de fleurs au vent, un comte que l’on a fait le pari d’assassiner dans son palazzio. Autant de raisons pour que Volnay, le commissaire aux morts étranges, quitte Paris et réponde à l’appel au secours de Chiara, son ancien amour. Il espère aussi, par ce voyage, chasser l’humeur noire de son assistant, le moine hérétique, plongé dans une profonde dépression.
Mais, dans la Venise du XVIIIe siècle qui agonise lentement en s’oubliant dans de splendides fêtes, les rencontres et les événements ruissellent d’imprévus. Une jeune fille travestie en garçon, un auteur de théâtre, un procurateur de Saint-Marc manipulateur et son énigmatique fille entament le plus sombre des bals masqués.
Entre rêve et réalité, tragédie et comédie, Volnay et le moine se retrouvent confrontés à des assassins non moins qu’à leurs démons. Avec cette quatrième enquête du commissaire aux morts étranges en forme de parenthèse vénitienne, Olivier Barde-Cabuçon délaisse le temps d’un roman le royaume de l’intrigue pour la ville des masques. »

Laisser un commentaire