Chronique – Feux dans la plaine d’Olivier Ciechelski

Feux dans la plaine d’Olivier Ciechelski

Thriller, Roman noir

Date de lecture : 5 juillet 2024

Lecture audio → Roman lu par Taric Mehani

Je suis souvent attirée par les romans qui parlent de campagne, de ruralité, de solitude, de nature, de biodiversité. Bref, vous voyez le fil rouge. Parmi mes auteurs favoris sur le sujet, Franck Bouysse et Serge Joncour, entre autres. J’avais repéré ce livre en rédigeant mon article sur les nouveautés audio à paraître en juillet. Tout m’avait attiré, du titre en passant par la couverture et le résumé.

« Dans ces fantasmes, la solitude impliquait toujours la nature : le bruit du vent dans les arbres, celui de la pluie sur le toit, le silence criblé d’étoiles des nuits d’hiver… »

Ce thriller aux accents de roman noir avait tout pour me plaire. Les premiers chapitres, j’ai cru trouver ce que j’étais venu chercher, une sensation d’ancrage au monde, à la vraie vie, avec un protagoniste devenu “ours” par la force des choses, en recherche de solitude et de sobriété. Le protagoniste en question, Stanislas, semble souffrir de quelques plaies encore ouvertes, auxquelles vient s’ajouter son passé de militaire. Sans qu’il ne se passe rien, l’homme est toujours sur le qui-vive, méfiant, si ce n’est envers sa voisine Ghislaine – pas toute proche la voisine, on est à la montagne. Ajoutez à cela la venue d’une bergère, Mathilde, et de son patou pour veiller les troupeaux dans les hauteurs, et me voilà conquise ! 

« Il aurait voulu ignorer l’intrusion des chasseurs et l’insolence de Castagnary. Après tout il n’y avait là rien de dramatique. Les collines se partagent, et les seules clôtures admises y sont celles qui empêchent les troupeaux de divaguer. Pourtant, ces taches bleues étaient comme un caillou dans sa chaussure. »

Seulement, tout va déraper. « Castagnary était une sorte de baron rustique et débraillé. Il possédait quasiment toute la colline jusqu’à la propriété de Stan Kosinski. » Castagnary, un chasseur, accessoirement meneur d’une troupe armée (on se demande qui des animaux ou des hommes sont les moutons), prend la mouche pour une histoire de chemin et de propriété. Après tout, lui et ses compères sont toujours passés par là, alors pourquoi il s’excuserait auprès de ce type qui n’est même pas d’ici de faire ce qu’ils ont toujours fait ! Il va voir l’étranger, qui est le patron dans ces contrées ! 

« Mathilde était là, tout en bas, flanquée de son patou, appuyée sur sa houlette, guidant son troupeau comme Esaü dans la Bible illustrée qu’il feuilletait chez sa grand-mère en Picardie. »

S’ensuit alors un “seul contre tous” oppressant, sorte de huis clos en pleine nature, à l’ambiance plus hostile que bucolique. L’isolement prend rapidement le pas sur la solitude, et l’espoir ne tient désormais qu’à un fil. Tout pour me plaire, je vous avais dis ! 

Et pourtant… ça n’a pas tout à fait fonctionné pour moi. Il y a bien quelques passages assez captivants et d’autres qui font indubitablement monter la tension, mais j’ai trouvé l’ensemble trop irréaliste et pas assez nuancé pour l’apprécier pleinement. J’imaginais davantage de tension, de nature et de profondeur (le roman est court, à peine 200 pages), et je suis passée à côté d’une partie de ce récit, dont je suis trop souvent restée à distance. 

Pour conclure, Feux dans la plaine a été une lecture simplement divertissante alors que j’en attendais beaucoup plus. Je mets ce ressenti sur le compte de mes attentes, sans doute trop éloignées du scénario imaginé par l’auteur. Cela ne m’empêchera pas de découvrir ses prochains romans, d’autant que j’ai apprécié son écriture.

Mon avis sur la version audio :

La version audio, qui va paraître le 17 juillet prochain chez Audiolib, était vraiment très agréable à écouter. Taric Mehani est véritablement convaincant dans le rôle de Stanislas et j’ai beaucoup apprécié son timbre de voix. Je recommande !

Et comme les mots peuvent sembler parfois bien fades, rien de mieux que d’écouter un extrait pour se faire un avis.

Infos & Quatrième de couverture

Feux dans la plaine d’Olivier Ciechelski

Éditeur : Audiolib – Parution : 17/07/2024 – Durée : 5h49min – ISBN/ASIN: 9791035416164 – Lu par Taric Mehani – Genre : Thriller, roman noir.
📕 Disponible en grand format chez Rouergue, 2023

Stanislas Kosinski est un ancien militaire. Au Mali où il a servi, il a perdu la femme qu’il aimait. Retiré de l’armée, il a acheté un chalet et soixante hectares de maquis et de ravins, un lieu où personne ne viendrait troubler son besoin de silence. Son temps désormais se partage entre les travaux de réparation de sa maison, l’entretien d’un potager et l’observation des plantes et des animaux qui peuplent cette montagne. Mais un jour, Stan découvre qu’on a ouvert un chemin sur son terrain. Au même moment, une bergère, Mathilde, s’installe dans une caravane à proximité avec un grand troupeau. Alors qu’un conflit larvé s’est noué avec des chasseurs qui empiètent sur son espace, Stan voit un soir débarquer chez lui un groupe d’hommes armés.
 
Dans ce premier roman de haute intensité qui fait se rencontrer Giono et Rambo, Olivier Ciechelski nous emporte dans un territoire où la survie est une lutte de chaque instant. Avec son héros meurtri, sensible à la beauté et à la fragilité du monde, mais qui n’hésite pas à tuer, c’est à une course à travers les montagnes qu’il nous engage. Loin des feux de la plaine, Stan va peu à peu se dépouiller de ses liens avec les hommes.

Recommandations de lecture

Pour le côté rural et roman noir, pour le récit qui dérape, je vous conseille de lire Plateau de Franck Bouysse.

Résumé :

Plateau de Millevaches. Judith et Virgile tiennent une petite ferme dans un hameau. Le couple a élevé Georges, un neveu dont les parents sont morts dans un accident de la route quand il avait cinq ans. Il vit dans une caravane tout près de chez son oncle et sa tante. Lorsqu’une jeune femme vient s’installer chez lui, lorsque Karl, ancien boxeur tiraillé entre pulsions sexuelles et croyance en Dieu, emménage dans une maison du même village, et lorsqu’un mystérieux chasseur sans visage rôde alentour, les masques s’effritent et des coups de feu résonnent sur le Plateau.
Une écriture ciselée pour exprimer la rudesse du paysage et la profondeur des caractères. Comme Grossir le ciel, noir et bouleversant.

J'ai lu/aimé cet article

Cet article a 7 commentaires

  1. Hedwige

    Est-ce son premier roman?
    Un roman rural avec un homme seul contre tous, ou à peu près, ça fait un peu western non?

    1. Caroline

      Oui Hedwige, c’est un premier roman, je crois que l’auteur est scénariste. Et concernant le « seul contre tous », la quatrième fait référence à Rambo, et c’est vrai qu’il y a des similitudes, mais l’émotion en moins à mon sens. Rambo, c’est quand même une histoire qui prend aux tripes, et tu ne peux que t’attacher au personnage.❤️

  2. Ce titre fait partie des lectures qui me font envies, à voir ce que ça donnera au moment de la lecture !

    1. Caroline

      J’espère que tu passeras un bon de lecture Morgane !

  3. Je suis assez intriguée par la tension du récit qui semble étouffante. Dommage que tu n’y aies pas trouvé ce que tu y cherchais mais tu arrives à donner envie 🙂

    1. Caroline

      Merci Audrey, c’est ce que je voulais, donner quand même envie de le lire car je n’ai pas non plus passé un mauvais moment de lecture, simplement, j’en attendais plus. 😊

Laisser un commentaire (Markdown)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.