Chronique – Billy Summers de Stephen King

You are currently viewing Chronique – Billy Summers de Stephen King

Billy Summers de Stephen King

Thriller

Ma note : ★★★★★ / J’ai adoré | Mon avis sur la version audio : ♥ / Coup de coeur

{LECTURE AUDIO} Roman lu par Thierry Blanc

Date de lecture : 23-26 sept. 2022

En début d’année, je n’avais été que moyennement convaincue par « Après », un roman qui, pour moi, manquait de profondeur. Je n’y avais pas retrouvé le souci du détail que j’apprécie tant chez l’auteur d’ordinaire. Mais lorsque j’ai appris la sortie de « Billy Summers », j’ai senti que j’allais vivre un grand moment de lecture, et je ne me suis pas trompée. J’ai tenté de faire durer le plaisir, de prendre mon temps pour le lire, mais la vérité c’est que je me suis laissé totalement emporter, et que je l’ai dévoré !

« Billy Summers », c’est l’histoire d’un type qui tue des types méchants, et seulement des types méchants. Du moins, c’est certainement ainsi qu’il se présenterait si on lui posait la question. Car oui, Billy Summers est un tueur à gages, « un éboueur armé d’un flingue » et un as dans sa profession. A l’aube de sa « retraite », il va accepter un dernier contrat qui va bouleverser son existence. « Billy Summers », c’est le récit émouvant et passionnant de la vie d’un homme.

La construction de ce roman m’a beaucoup rappelé 22/11/63. Non pas que l’histoire ait grand-chose à voir, mais là aussi deux, voire trois parties se dessinent, offrant toutes une ambiance et un rythme différents.

Dans les premiers chapitres, on apprend à connaître notre protagoniste et on appréhende le contexte de la mission. Pour mener à bien cette dernière, Billy Summers va devoir se préparer longuement et s’imprégner d’une nouvelle identité, sur-mesure. Dans cette vie factice, il sera David Lockridge, un écrivain en herbe qui s’attèle à la rédaction de son premier roman. Un camouflage idéal, qui sert à la fois l’auteur (le vrai) et le protagoniste. Une oeuvre autobiographique distillée tout au long du roman, qui nous emmène sur les traces du passé, à la découverte de toutes ces « vies » qui ont forgé notre « héros ».

J’ai beaucoup apprécié ces pages, où l’on s’égare quelque temps dans l’existence quotidienne de « Monsieur tout le monde ». Notre homme, habituellement très solitaire, va nouer des relations, participer à des repas entre voisins et s’attacher. Et par mimétisme, on va s’attacher aussi, au point de vouloir oublier le but premier de cette existence. Après tout, on est plutôt bien dans ce quartier, parmi tous ces gens sympas !

Mais Billy lui, n’oublie rien, il réfléchit, il anticipe. Il n’est pas ce type un peu idiot et naïf que ses « employeurs » pensent pouvoir manipuler à leur guise. Alors quand la situation dérape, on est bienheureux qu’il ait été si prévoyant. On enfile un autre costume et c’est le début d’une nouvelle aventure. Une aventure qui nous emmènera à travers les États-Unis, aux côtés d’une jeune fille aussi extraordinaire que touchante. Un petit côté road-trip où se mêlent suspense, action et émotion, et qui rend cette lecture incroyablement captivante.

Sous la plume de Stephen King, Billy Summers semble si réel que j’ai éprouvé pour lui un attachement sincère. Il est de ces personnages qu’on aime envers et contre tout et qui restent en mémoire longtemps. Il n’a pas le caractère imposant et froid qu’on imagine volontiers chez un tueur à gages. Certes, d’après sa propre conception du monde, il est un type méchant. Mais en vérité il fait preuve d’une grande sensibilité. J’ai été touchée par toutes ses personnalités, factices ou réelles. Après tout, n’y-a-t-il pas une part de chacune d’elles en lui ?

Parfois, une pointe de fantastique s’invite dans le récit, sans être prédominante, tout juste anecdotique, mais on s’amuse des références. Un hommage plutôt subtil à une autre oeuvre du maître, qui m’a donné des frissons de joie. La joie de celle qui, comme des millions d’autres, se souvient de ce qu’elle a ressenti lors de cette fameuse lecture. La joie de celle qui éprouve une admiration évidente pour le talent du King.

Dans ce roman, j’ai retrouvé tout ce que j’aime chez cet écrivain hors-pair. Cet art de dépeindre les lieux, de construire une atmosphère, d’imaginer des personnages uniques et mémorables. A l’instar de « 22/11/63 », de « Blaze » ou encore de « Dolores Claiborne », j’ai été transportée, émue et captivée par cette très belle histoire. Nul doute que « Billy Summers » restera l’une de mes œuvres favorites de l’auteur.

Extrait :

« J’ai appris un truc dans la Maison de la Couleur Perpétuelle : il n’y a pas que deux catégories de gens – les bons et les méchants –, contrairement à ce que je croyais gamin quand je trouvais mes idées dans tout ce que je voyais à la télé. En fait il y a trois catégories. La troisième catégorie, c’est les gens qui sont d’accord avec tout le monde pour se fâcher avec personne comme me l’avait conseillé l’adjoint F.W.S. Malkin. C’est les plus nombreux sur terre et pour moi c’est des gens gris. Ils ne vous feront pas de mal (volontairement du moins) mais ils ne vous aideront pas non plus. Ils vous diront : Fais ce que tu veux et que Dieu te garde. »

Mon avis sur la version Audiolib, lue par Thierry Blanc :

Depuis quelques années, j’ai tendance à « écouter » les romans de Stephen King. Dans « Billy Summers », le narrateur Thierry Blanc est véritablement formidable ! Je me suis laissé bercer sans réserve par son timbre de voix envoûtant et sa lecture harmonieuse. Les personnages sont interprétés à la perfection, et j’ai eu un véritable coup de cœur pour la version audio ! Si vous hésitez avec le livre papier, une fois n’est pas coutume, je vous invite à vous laisser plutôt tenter par l’écoute. Elle apporte, à mon avis, une belle plus-value au roman.

Et comme les mots peuvent sembler parfois bien fades, rien de mieux qu’écouter un extrait pour se faire un avis.


Quatrième de couverture

Billy Summers de Stephen King
Edition audio : Audiolib – Parution : 21/09/2022 – Durée : 19h25min – ISBN: 9791035411725 – Genre : Thriller – Lu par Thierry Blanc.
Edition papier : Albin Michel – Parution : 21/09/2022 – 560 pages – ISBN: 9782226460332 – Genre : Thriller.

« L’histoire d’un type bien… qui fait un sale boulot.
Billy Summers est un tueur à gages, le meilleur de sa profession, mais il n’accepte de liquider que les salauds. Aujourd’hui, Billy veut décrocher. Avant cela, seul dans sa chambre, il se prépare pour sa dernière mission…
À la fois thriller, récit de guerre, road trip et déclaration d’amour à l’Amérique des petites villes, Billy Summers est l’un des romans les plus surprenants dans l’œuvre de Stephen King, qui y a mis tout son génie et son humanité. »


Mes coups de cœur audio

Ceux qui me suivent depuis quelques temps savent que mes coups de cœur audio sont rares (cela dit, moins rares qu’en version papier). Il faut qu’il y ait une parfaite homogénéité entre le texte et la narration. Souvent, il m’arrive de moyennement apprécier un roman, mais d’adorer son écoute. Cela a été le cas, par exemple, avec Enfant de salaud de Sorj Chalandon, lu par Féodor Atkine. Mais quand les deux sont du même acabit et que l’histoire m’a séduite, c’est le coup de cœur. Voici les miens :

  • Clara Brajtman pour « Ce que nous confions au vent » (@audiolib)
  • Clotilde Seille pour la série La passe-miroir (@gallimard)
  • François Berland pour la saga Les rois maudits, tomes 1 à 6 (@livraphone)
  • Jacques Frantz pour la série Walt Longmire, tomes 1 à 4 (@sixtrid)
  • Nicolas Djermag pour « Le serpent majuscule » (@audiolib)
  • Frédéric Meaux spécifiquement pour « L’ombre du vent » et « Le labyrinthe des esprits » (Le cimetière des livres oubliés, premier et dernier tome) (@audiolib)

Cet article a 13 commentaires

  1. En voilà une belle chronique pour le maitre King ! J’avoue me diriger plus souvent vers ces anciens romans, mais peut-être que celui-ci sera l’exception à la règle. 😇 Merci pour ce retour Caroline, passes une belle semaine. 😊

    1. Caroline

      Il faut dire que le choix est vaste quand on pense à l’étendue de sa bibliographie. Depuis quelques années, je m’intéresse à ses derniers romans, sinon, j’avais l’habitude de lire ceux que je trouvais dans les brocantes et vide-greniers. Mais celui-ci est vraiment l’un de mes préférés.😊

      1. Alors j’en prend bonne note pour le prochain King que je voudrais lire, merci. 😊

  2. Céline

    Et bien ce Stephen King a du succès ! j’ai très envie de le lire 🙂

  3. Si je ne l’avais pas déjà acheté en broché, ta chronique aurait précipité l’achat ! Qu’il est agréable de lire un roman aussi bien écrit et profondément authentique !

    1. Caroline

      Merci Katia ! 😊 Je suis bien d’accord, il est vraiment bien écrit. Je suis heureuse d’avoir été à nouveau transportée par une de ses histoires.

    1. Caroline

      Je viens de lire ta chronique Aude (que j’avais mise de côté pour ne pas me spoiler avant ma lecture), et on a le même ressenti. Je suis contente qu’il t’ait plu aussi. Pour ma part, je crois que je serais capable de réécouter le livre, peut-être pas tout de suite, mais l’an prochain. Comme on peut regarder plusieurs fois un film, je crois qu’on peut réécouter plusieurs fois un livre avec autant de plaisir.

  4. Sandrine

    Ah que tu me donnes envie ! J’ai moi aussi passé beaucoup d’excellent moments en compagnie de Stephen King (ah 22/11/63 : ah, histoire de Lisey !) et c’est je crois bien l’auteur le plus chroniqué sur mon blog… mais pas encore assez. Peut-être que si je l’audiolisais, je pourrai en lire plus car c’est vraiment le temps qui me manque pour lire ses pavés.

    1. Caroline

      A l’origine, je me suis mise à « écouter » les livres du King, justement pour m’atteler aux gros pavés que je n’avais pas le temps de lire. J’ai d’ailleurs commencé avec 22/11/63, dont j’avais adoré l’écoute. Mais depuis la série Bill Hodges, je n’avais plus été transcendée par un roman de Stephen King. L’institut et Après ne m’avaient que moyennement plu. Peut-être, à la limite, la suite de Shining, que j’avais trouvé chouette. Mais dans Billy Summers, j’ai retrouvé tout son talent.

  5. Tu m’as donné très envie de découvrir l’histoire de ce tueur à gages bien plus sensible que sa profession ne le laisse présager ! L’ajout d’une pointe de fantastique m’intrigue, tout comme la partie aventure et road trip. Bref, je pense me lancer et en version audio vu ton avis sur celle-ci plus que positif.

    1. Caroline

      Vraiment un bon roman ! J’espère vraiment que tu choisiras la version audio, si tu le lis. Avec l’extrait audio que j’ai inséré dans la chronique, on voit déjà le talent du narrateur, je trouve. La pointe de fantastique est très subtile, vraiment anecdotique. Elle permet de suggérer une autre oeuvre du King, mais j’ai adoré. J’ai trouvé ça super !

Laisser un commentaire