L'île au trésor de R.L. Stevenson

L’île au Trésor de R.-L. Stevenson

Aventure, Jeunesse

Ma note :

L’Odyssée de l’Hispaniola

« La carte paraissait ancienne, mais portait des indications plus récentes et entre autres, trois croix à l’encre rouge : deux au nord de l’île et une au sud-ouest avec ces mots : « Ici le gros du trésor ». »

Je n’avais jamais lu ce roman si célèbre de Stevenson, que j’ai décidé de sortir de ma bibliothèque à l’occasion du Pumpkin Autumn Challenge. Et quel instant de lecture enchanteur ! Pour ne rien gâcher, l’édition Hemma contient de superbes illustrations, dont la fameuse carte au trésor !

L’île au Trésor, c’est un récit d’aventure, de rhum, de pirates et de chasse au trésor, et il nous est conté par ceux qui l’ont vécu, Jimmy Hawkins et le docteur Livesey.

Quand cette histoire commence, en 1782, Jimmy est un jeune garçon, fils des tenanciers de l’auberge de l’Amiral Benbow. C’est ici qu’il fait la rencontre d’un vieux marin, probablement davantage pirate que marin, buveur de rhum, chanteur à ses heures et mauvais payeur. A la mort de ce dernier, Jim et ses compagnons, découvrent une carte au trésor, à l’intérieur d’un « papier scellé de plusieurs cachets de cire. » C’est ainsi que le squire Trelawney, le docteur Livesey et le jeune Jim embarquent à bord d’un « des plus fins voiliers d’Angleterre », l’Hispaniola, à la recherche de l’île inconnue. Mais le voyage sera plus mouvementé qu’ils ne l’imaginaient, et ils apprendront, à leurs dépens, l’importance de bien choisir son équipage…

J’ai beaucoup aimé le personnage de Jim, à l’esprit aventureux et rusé. Le jeune garçon joue un rôle important dans la réussite de cette expédition, et se retrouve souvent dans des situations à la fois périlleuses et inespérées. Son bon caractère et son honnêteté lui valent d’être apprécié à la fois par les « gentils » et par les « méchants », atout qui lui servira à plusieurs reprises.

Le maître coq, incarné par Long John Silver, est un autre personnage très intéressant du roman. Il cache sa roublardise sous une apparence sympathique, renforcée par sa béquille et la présence de son perroquet. « Tous les matelots l’admiraient et même lui obéissaient», ce qui fait de lui un adversaire de taille.

La plume de Stevenson est magique et les expressions absolument savoureuses. Ces mots désuets qui font le charme de ce récit, nous plongent à merveille dans l’imaginaire de la piraterie.

L’île au Trésor est un roman rythmé, riche en péripéties, une véritable réussite de la littérature jeunesse, à lire et à relire.

🍁Pumpkin Autumn Challenge 2021 – Automne des mystères – En avant Yvette tempête !🍁

Date de lecture : 30/09 – 01/10

Infos
Editeur : Hemma
Parution : Juin 1984
126 pages
ISBN 10 : 2800602074
Quatrième de couverture
« « L’île au Trésor » pourrait s’appeler « Les Aventures du petit Jim Hawkins », qui découvre le plan d’une île lointaine où est caché un trésor. Il partira comme mousse avec M. Trelawney, Liseley, médecin du bord et le capitaine Smollet, sur l' »Hispaniola ». Ils auront affaire à un équipage peu sûr et à John Silver qui a perdu une jambe au service de son pays mais qui n’en est pas moins « une prodigieuse canaille ». L’île sera atteinte mais là, les difficultés, les trahisons, les échanges de coups de feu, mettrons l’expédition en péril. Heureusement, l’esprit d’à-propos, de décision de Jim, son courage et sa chance, arrangeront bien les choses. Ben Gunn, un malheureux marin abandonné sur l’île par des flibustiers, lui viendra aussi en aide et tout finira, non sans peine, à la satisfaction générale. »

Laisser un commentaire