Dans la gueule de l'ours de James McLaughlin (cover)

Dans la gueule de l’ours de James McLaughlin
Edition audio : Audiolib – Parution : 10/08/2022 – Durée : 11h07 – ISBN: 9791035411374 – Genre : Thriller – Lu par Guillaume Orsat.

« Criminel en cavale, Rice Moore trouve refuge dans une réserve des Appalaches, au fin fond de la Virginie. Employé comme garde forestier, il cherche à se faire oublier du puissant cartel mexicain de la drogue qu’il a trahi. Mais la découverte de la carcasse d’un ours abattu vient bouleverser son quotidien : s’agit-il d’un acte isolé ou d’un braconnage organisé ? L’affaire prend une tout autre tournure quand de nouveaux ours sont retrouvés morts, affreusement mutilés.
Rice décide alors de mener l’enquête et met au point un plan pour piéger les coupables. Un plan qui risque bien d’exposer son passé.
James McLaughlin signe un premier roman époustouflant. Au-delà d’une intrigue qui vous hantera longtemps, l’auteur s’empare de questions essentielles : comment la nature et l’homme se transforment-ils mutuellement ? Quelle est la part d’animalité en chaque être humain ? »


Date de lecture : 28-29 août 2022

Ce que j’en ai pensé :

Dans la gueule de l’ours est un thriller d’ambiance, où la nature occupe une place importante. L’auteur prend son temps pour poser le décor et nous présenter son protagoniste principal. Un choix qui peut décourager mais qui, pour ma part, m’a permis de m’immerger pleinement dans l‘histoire. J’ai immédiatement aimé le personnage de Rice, la façon dont il appréhende son travail, son implication, sa solitude. Je l’ai vu comme un être profondément humain, même si ses actes sont quelquefois discutables. J’ai particulièrement apprécié les passages abordant la nature, le comportement des abeilles par exemple, ou encore celui de l’Homme face à cette majesté. Avec ce roman, James A. McLaughlin nous offre une intrigue bien menée et immersive, qui plaira peut-être davantage aux amateurs de romans Nature Writing qu’aux amateurs de thrillers purs. Concernant la version audio, j’ai été totalement conquise par l’interprétation de Guillaume Orsat.
Lire la chronique

Laisser un commentaire