Rouge de Koz (cover)

Rouge (Apocalypse, tome 2) de Koz
Edition : Fleuve (Noir) – Parution : 01/04/2021 – 320 pages – ISBN: 9782265154827 – Genre : Policier.

« Tandis qu’une canicule sans précédent s’est abattue sur la France, les départs de feu se multiplient dans la garrigue aux alentours de Marseille, provoquant de véritables scènes de panique. L’intention criminelle ne fait aucun doute. La cellule Vulcain, qui enquête sur les causes d’incendies suspects, est mise à contribution pour identifier et arrêter les responsables de cette catastrophe.
Une mission dont le capitaine Hugo Kezer, en charge de la cellule Nouvelles Menaces, va rapidement prendre le commandement. En effet, celui-ci se trouve justement dans la région pour rendre visite à sa fille, Mila, qui s’est portée volontaire au sein d’une association pour secourir la faune mise en danger par les feux de forêt. Impossible alors, pour lui, de ne pas se lancer à corps perdu dans cette affaire.
Pourtant, sans tarder, ses investigations sur les  » mégafeux  » en cours vont compromettre son propre enfant… »

🎃Lecture dans le cadre du Pumpkin Autumn Challenge 2022 – Automne rayonnant – “You cannot eat the money”🍁
Date de lecture : 30 sept. 2022


Ce que j’en ai pensé : Le sujet de ce roman est intéressant et on découvre, une fois encore, les lacunes de notre système, ici en matière de gestion des incendies. Toutefois, j’ai été légèrement déçue par l’histoire, que j’ai trouvé un peu trop irréaliste. En comparaison, « Noir » m’avait paru terriblement plausible, tant au niveau des comportements que de l’intrigue, et c’est ce qui m’avait bluffée. Cependant, le suspense est bien mené et l’histoire très bien rythmée. Une enquête dirigée tambour battant, selon un laps de temps très court et en différents lieux, ce qui a de quoi réduire à néant toute forme d’ennui. « Rouge » est un roman réellement addictif, un véritable « page-turner » qui se lit d’une traite, ou quasiment. Aussi j’ai tout-de-même hâte de me plonger dans le troisième et dernier opus de ce premier volet apocalyptique.Lire la chronique.

Laisser un commentaire