L’unité Alphabet de Jussi Adler-Olsen

L'unité Alphabet de Jussi Adler-Olsen

Thriller

Ma note : ★★★★ / J’ai beaucoup aimé

« Le prix à payer avait été de devoir vivre seul avec son passé, son cauchemar, ses souvenirs et sa peine. »

Suite au crash de leur avion en zone ennemie durant la seconde guerre mondiale, deux amis et combattants britanniques, se retrouvent à simuler une maladie mentale au sein d’une unité psychiatrique pour soldats allemands. Trente ans plus tard, l’unique rescapé des deux tente désespérément de savoir ce qui est advenu de son camarade. Est-il mort durant la guerre, alors que les bombardements alliés détruisaient la ville ? A t’il survécu, et si oui sous quel patronyme ? Pour le découvrir, il va falloir prendre le risque de se frotter aux « autres » ; ces dangereux simulateurs, qui n’ont certainement pas plus envie qu’autrefois qu’on révèle au monde leur véritable identité.

La première partie du roman a lieu durant la guerre, au cœur de l’Unité Alphabet. C’est en soit déjà un thriller, qui m’a tenue constamment en haleine. La deuxième partie se situe toujours en Allemagne, de nombreuses années plus tard, avec un rythme plus soutenu et tout aussi efficace.

Je connais de Jussi Adler-Olsen les enquêtes du Département V, que j’apprécie beaucoup (surtout pour leurs dromadaires). Et c’est ce qui m’a décidée à me lancer dans cette lecture, alors même que la quatrième de couverture ne me parlait pas vraiment. Je ne suis absolument pas déçue.

Si j’ai trouvé au roman quelques longueurs, cela reste une très bonne histoire, haletante et émouvante.

🎧Disponible en audio chez Audiolib et lu par Benjamin Jungers

Infos
Editeur : Albin Michel
Parution : 29/08/2018
640 pages
ISBN : 9782226402073
Quatrième de couverture
« L’Unité Alphabet est le service psychiatrique d’un hôpital militaire où, pendant la Seconde Guerre mondiale, les médecins allemands infligeaient d’atroces traitements à leurs cobayes, pour la plupart des officiers SS blessés sur le front de l’Est.
Bryan, pilote de la RAF, y a survécu sous une identité allemande en simulant la folie. Trente ans ont passé mais, chaque jour, il revit ce cauchemar et repense à James, son ami et copilote, qu’il a abandonné à l’Unité Alphabet et qu’il n’a jamais retrouvé. En 1972, à l’occasion des jeux Olympiques de Munich, Bryan décide de repartir sur ses traces. Sans imaginer que sa quête va réveiller les démons d’un passé plus présent que jamais. »

Laisser un commentaire