Chronique – Le prophète blanc de Robin Hobb

Le prophète blanc de Robin Hobb

Le prophète blanc de Robin Hobb

Fantasy

Ma note : ★★★★ / J’ai beaucoup aimé

Ce roman est le 7ème tome de la série l’assassin royal. Cette série est composée de trois cycles, Le prophète blanc étant le début du 2nd cycle.

L’assassin royal est une série fantasy qui m’accompagne depuis quelques temps déjà et dont j’apprécie beaucoup les personnages ainsi que les intrigues. Il s’est écoulé plus d’un an entre ma lecture du tome 6 et celui-ci, si bien que j’ai cru, au départ, avoir manqué un épisode. En réalité, quinze années ont passé depuis que la reine Kettricken a repris le contrôle de Castlecerf. Désormais, Fitz vit retiré dans la campagne sous l’identité de Tom Blaireau, où il a recueilli, il y a quelques années, un orphelin du nom d’Heur. Une vie simple, dont il profite chaque jour, accompagné de son loup, jusqu’à la visite inattendue de son ancien mentor, Umbre Tombétoile.

La transition avec le cycle précédent se fait en douceur. J’ai apprécié découvrir tous les aspects de la nouvelle vie de Fitz, qui semble s’être bien accoutumé à son changement d’identité. Un brin de douceur et de plénitude flotte dans l’air, et chacun dans la maisonnée a trouvé sa place. Les tourments de Fitz se limitent à des problèmes de la vie quotidienne, comme trouver un maître d’apprentissage pour Heur, vendre des œufs au marché ou de l’encre à Bourg-de-Castelcerf. Cela dit, ses efforts pour tenir le « don » à distance sont visibles et une tension s’insinue subrepticement, renforcée par l’animosité ambiante envers les détenteurs du vif.

Une fois le contexte de cette nouvelle histoire installé, Robin Hobb entre davantage dans le vif du sujet, préparant ainsi l’intrigue à venir. L’arrivée du Fou, autre personnage emblématique de la série, va replonger le lecteur dans les souvenirs d’antan. Par ailleurs, c’est la seule partie du roman à laquelle j’ai trouvé des longueurs. J’ai été assez déroutée par la personnalité du Fou, qui m’est apparue complètement étrangère. Envolés le côté fantasque et le langage énigmatique. Le Fou a laissé place à Sire Doré, personnage important aux allures de grand seigneur. Cela dit, l’action pointe le bout de son nez au moment le plus opportun et j’ai absorbé le reste du livre en un temps record. Comme chaque fois, l’intrigue et le suspense sont à la hauteur de mes attentes et laissent présager d’excellents moments de lecture.

Dans Le prophète blanc, Robin Hobb fait une nouvelle fois preuve d’imagination, avec, pour ce second cycle, une intrigue qui promet d’être passionnante.

🍁Pumpkin Autumn Challenge – Automne Douceur de vivre – J’ai un dragon et je n’hésiterai pas à faire feu ! 🍁

Date de lecture : 22-28 nov. 2021

Série L’Assassin Royal :

Cycle de l’assassin royal

  • L’apprenti assassin
  • L’assassin du roi
  • La nef du crépuscule
  • Le poison de la vengeance
  • La voie magique
  • La reine solitaire

Cycle du prophète blanc

  • Le prophète blanc
  • La secte maudite
  • Les secrets de Castelcerf
  • Serments et deuils
  • Les dragons de glace
  • L’homme noir

🎧Ce livre est également disponible au format audio chez Audible et lu par Sylvain Agaësse.


Infos
Editeur : Pygmalion
Parution : 10/03/2003
343 pages
ISBN : 9782857048060
Quatrième de couverture
« Quinze années ont passé. Loin de la cour, et le cœur blessé, Fitz s’est réfugié dans une chaumière isolée avec son inséparable Œil-de-loup pour unique compagnon. Il espère enfin avoir trouvé la paix et rompu avec son terrible passé. Mais c’est compter sans son destin. Car, bientôt, des visiteurs inattendus viennent tour à tour troubler sa retraite avec des motifs déguisés : Umbre, son vieux mentor ; Astérie, la ménestrelle avec laquelle il entretient épisodiquement des relations amoureuses ; et le fou, toujours plein d’entrain, sur qui les années semblent n’avoir aucune prise. À mots plus ou moins couverts, tous trois lui soufflent la même chose : on a besoin de lui à Castelcerf, où règne la reine Kettricken, pour retrouver le prince héritier Devoir, qui a disparu dans de mystérieuses conditions. Après un long combat intérieur, Fitz décide de se mettre en route. Mais, pour éviter d’être reconnu, c’est en valet qu’il s’introduit à la cour et commence la difficile quête du prince sur lequel se portaient tous les espoirs. Les obstacles ne vont pas tarder à surgir de tous les côtés. »

2 avis sur “Chronique – Le prophète blanc de Robin Hobb

Laisser un commentaire