La Cour des Ténèbres de Victor Dixen

La Cour des Ténèbres de Victor Dixen

Fantasy, Uchronie, Dystopie

Ma note :

Plongée dans le Versailles de l’ombre

Ce roman est le 1er tome de la série Vampyria.

« La liberté ou la mort. »

Je me souviens d’avoir eu une longue période Louis XIV, lors de laquelle je me suis abreuvée d’ouvrages sur son règne et son époque. Alors, quand j’ai vu passer sur les réseaux littéraires ce roman de Victor Dixen, j’ai voulu découvrir cette saga.

J’ai bien envie d’ouvrir ma chronique sur la phrase de fin du livre de Max Gallo, Louis XIV – Le Roi-Soleil, « Il est le roi qui ne meurt pas ». Car c’est bien là le cœur de ce roman.

1715 : Mort de Louis XIV, dans notre monde réel

1715 : Le Roi-Soleil devient Louis l’Immuable, Roi des Ténèbres, dans le monde de Jeanne, notre narratrice.

Dans toute la Magna Vampyria, les membres de la haute noblesse sont des vampires, et les membres du quart état, des repas, soumis au « Code mortel » et contraints à la saignée réglementaire. Mais, la fronde gronde et l’heure du soulèvement approche.

« La liberté ou la mort, dit la devise gravée au creux du couvercle.
J’ai choisi la mort.
Parce que la liberté n’a pas de sens dans un monde dépeuplé de tous les miens.
Parce que la mort est le prix à payer pour tenter d’éradiquer le principal responsable de leur disparition : l’Immuable. »

Jeanne, une jeune roturière, voit sa famille se faire assassiner par la prévôté et déjoue le destin en subtilisant l’identité d’une jeune noble, Diane de Gastefriche. Désormais sous la protection d’Alexandre, un vampire dont le dessein est de réintégrer la Cour, elle devient pupille du roi et entre à l’école de la Grande Ecurie. La rage en elle est forte, et elle compte bien venger sa famille à n’importe quel prix.

Victor Dixen nous embarque dans un monde imaginaire soigné, captivant et riche en rebondissements. Je suis très facilement entrée dans cette histoire dynamique, avec peu de temps morts. Les détails sont distillés avec minutie, façonnant tous les contours de ce monde conquis par les ténèbres.

« La voix de la raison l’emporte sur celle de la rage.
Attendre d’être mieux armée pour attaquer.
Frapper au moment où j’aurai l’avantage. »

Si les personnages secondaires sont assez classiques, Jeanne, en revanche, reste assez ambigüe, ce qui la rend tout de suite plus intéressante. En effet, elle s’est fixée un objectif, et pour l’atteindre, elle est prête à repousser les limites de ses valeurs morales. Son attitude ajoute une dose de suspense, car ses réactions ne sont pas toujours prévisibles. Un personnage nuancé, donc, qui change un peu de la dualité gentil/méchant qu’on retrouve dans bien trop de romans.

L’intrigue est plutôt bien menée, même si, avec la présence d’un tome 2, on a une petite idée de l’issue finale, du moins dans les grandes lignes. Car, croyez-moi, les retournements de situation viennent parfois bouleverser vos convictions.

Pour résumer, j’ai passé un excellent moment de lecture, contre toute attente d’ailleurs, car ce n’est pas un genre que j’ai l’habitude de lire, et il est certain que je continuerai la suite des aventures de Jeanne.

 

🎧 Ce roman est aussi disponible en version audio chez Lizzie et lu par Marie du Bled.

Infos
Editeur : Robert Laffont
Parution : 15/10/2020
496 pages
ISBN : 9782221250570
Quatrième de couverture
« En l’an de grâce 1715, le Roy-Soleil s’est transmuté en vampyre pour devenir le Roy des Ténèbres. Depuis, il règne en despote absolu sur la Vampyria : une vaste coalition à jamais figée dans un âge sombre, rassemblant la France et ses royaumes vassaux. Un joug de fer est imposé au peuple, maintenu dans la terreur et littéralement saigné pour nourrir l’aristocratie vampyrique.Trois siècles plus tard, Jeanne est arrachée à sa famille de roturiers et catapultée à l’école formant les jeunes nobles avant leur entrée à la Cour. Entre les intrigues des morts-vivants du palais, les trahisons des autres élèves et les abominations grouillant sous les ors de Versailles, combien de temps Jeanne survivra-t-elle ?Dans sa nouvelle saga Vampyria, Victor Dixen s’empare de la figure du vampire pour composer une uchronie féérique et horrifique, entre jeux de masques et frissons. Une plongée palpitante dans les ombres d’un Grand Siècle éternel. Une épopée de fantasy baroque aux confins du temps.
[…]
Retrouvez la suite des aventures de Jeanne dans le second volet de la saga Vampyria, La Cour des miracles. »

3 thoughts on “La Cour des Ténèbres de Victor Dixen

Laisser un commentaire