Chronique – Dix âmes, pas plus de Ragnar Jónasson

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post published:2022-02-10
  • Post category:Chroniques
  • Post comments:2 commentaires
  • Temps de lecture :5 min de lecture
You are currently viewing Chronique – Dix âmes, pas plus de Ragnar Jónasson
Dix âmes, pas plus de Ragnar Jónasson

Dix âmes, pas plus de Ragnar Jónasson

Thriller, Polar

Ma note :  ★★★★ / J’ai beaucoup aimé

De nouveau une chronique de saison, avec une lecture hautement hivernale. Je continue sur ma lancée, en vous proposant cette fois un polar islandais, à l’atmosphère oppressante et mystérieuse. Un huis-clos dans un village isolé, aux habitants aussi rares qu’énigmatiques. Dix âmes, pas plus. J’ai beaucoup aimé le style de Ragnar Jónasson, dont je n’avais lu aucun roman avant celui-ci.

« Recherche enseignant au bout du monde. »

Una n’a pas une vie très réjouissante. Aussi, lorsqu’elle tombe sur une annonce pour un poste d’institutrice à Skálar, sur la péninsule de Langanes, elle voit là l’occasion de changer d’environnement. D’autant plus qu’il s’agit du « plus petit village d’Islande », avec ses dix habitants seulement. Comme changement, on ne peut pas faire plus radical. En effet, de la ville de Reykjavík au hameau de Skálar il y a un gouffre, qu’Una franchit, non sans appréhension. Mais très vite, entre l’antipathie manifeste des habitants à son égard et les rêves étranges qui l’étreignent chaque nuit, la jeune femme commence à regretter sa décision. Jusqu’au jour où quelqu’un frappe à la mauvaise porte.

« Un froid glacial et pénétrant, un vent violent et menaçant. Et les ténèbres. »

Comme souvent dans les polars nordiques, l’ambiance et le décor jouent un rôle essentiel dans la montée du suspense. A Skálar, les nuits sont aussi sombres et inquiétantes que les mystérieux personnages qui peuplent ce hameau. Dans cet endroit où tous semblent vivre en symbiose, Una fait figure d’intruse. Ses seules relations un tant soit peu amicales se limitent à sa logeuse Salka et à sa fille Edna, ainsi qu’à Thór, un fermier des environs. Même Kolbrún, l’autre fillette dont elle a la charge, la met mal à l’aise.

« La voix de la petite fille résonna de nouveau dans sa tête, fredonnant cette berceuse qui ne lui laissait qu’un souvenir flou. Il devait s’agir d’un rêve, bien sûr, mais cela lui avait semblé si réel. »

Nous sommes en 1985, et les seuls liens d’Una avec le continent sont le journal et le téléphone de sa logeuse. Un isolement social et environnemental qui joue chaque jour un peu plus sur l’esprit de la jeune femme. La fillette pâle à la robe blanche qui hante ses nuits est-elle réelle ou seulement le signe de sa folie grandissante? Quand le fantastique s’invite dans l’intrigue, c’est pour ajouter encore davantage d’angoisse à ce huis-clos glaçant.

On devine des secrets enfouis, des drames qui se transmettent de génération en génération, tels de lourds et inévitables fardeaux. Alors que les questions sans réponses s’accumulent, les évènements s’enchaînent. On sombre dans le thriller, les nerfs à vif, le coeur haletant. La terreur m’étreint lorsque je me projette à la place d’Una, seule contre tous dans ce cadre hostile. Comme pour affirmer son pouvoir, la nature se fait plus rude et menaçante au fil des pages. A-t-elle, elle aussi, choisi son camp ?

J’ignore si c’est la période de l’année qui se veut propice, ou simplement le talent de l’auteur, mais j’ai littéralement dévoré ce thriller. J’ai visualisé avec une telle netteté les paysages que j’ai vécu cette histoire plus que je ne l’ai lue. A lire, pour les amateurs du genre !

Date de lecture : 16-18 janv. 2022


Infos et Quatrième de couverture

Dix âmes, pas plus de Ragnar Jónasson
Edition : La Martinière – Parution : 14/01/2022 – 352 pages – ISBN : 9782732494074

« Dix habitants au bout du monde. Un mort. Neuf suspects.

Recherche professeur au bout du monde. Voici une petite annonce qui découragerait toute personne saine d’esprit. Pas Una. La jeune femme quitte Reykjavík pour Skálar, l’un des villages les plus reculés d’Islande, qui ne compte que dix habitants. Malgré l’hostilité des villageois. Malgré l’isolement vertigineux.

Là-bas, Una entend des voix et le son fantomatique d’une berceuse. Et bientôt, une mort brutale survient. Quels secrets cache ce village ? Jusqu’où iront ses habitants pour les protéger ?

Le maître du polar islandais, Ragnar Jónasson, est devenu l’un des romanciers internationaux les plus reconnus. Et c’est en France, un pays qu’il aime profondément, qu’il remporte le plus grand succès : plus d’un million de livres vendus. Il est l’auteur de la série mettant en scène l’enquêteur Ari Thór (dont le roman-phénomène Snjór) et de la trilogie à succès « La Dame de Reykjavík ». Grand lecteur d’Agatha Christie, il a aussi traduit la plupart de ses romans en islandais. »

Cet article a 2 commentaires

  1. Light And Smell

    J’aime beaucoup cette ambiance huis clos et de village isolé, je trouve que c’est un décor parfait pour un triller !

    1. Caroline

      Ah oui tout-à-fait. Et c’est vraiment un des points forts de ce roman !

Laisser un commentaire